La très attendue «stratégie nationale sur la démence» est bien accueillie

OTTAWA — Les organismes qui s’occupent des problèmes de santé liés au vieillissement se réjouissent de l’initiative budgétaire du gouvernement libéral de dépenser 50 millions $ sur cinq ans pour la mise en oeuvre d’une première Stratégie nationale sur la démence, qui doit être dévoilée au printemps.

Le ministre des Finances, Bill Morneau, a indiqué mardi dans son budget que cette mesure vise à améliorer la vie des personnes atteintes de démence et de leurs aidants naturels, en sensibilisant davantage le public.

Cette initiative a été saluée par des organismes comme la Société Alzheimer, qui demandent depuis longtemps à Ottawa de prendre des mesures face aux défis posés par cette maladie, qui se font de plus en plus pressants à mesure que la population vieillit.

Pauline Tardif, qui dirige la Société Alzheimer, affirme que cette enveloppe de 50 millions $ constitue une «étape importante» dans la mise en place d’une stratégie nationale sur la démence complète et financée, qui aidera à terme les familles touchées à mieux vivre avec ces problèmes de santé liés au vieillissement.

Selon les chiffres du Système canadien de surveillance des maladies chroniques, plus de 402 000 Canadiens présentaient un diagnostic de démence en 2013-2014; les deux tiers étaient des femmes. La Société Alzheimer estime que ce nombre passera à un million d’ici moins de 15 ans.

Il y a huit ans, en 2011, Claude Gravelle, qui était alors député néo-démocrate, avait déposé un projet de loi d’initiative parlementaire prévoyant une telle stratégie nationale sur la démence.

Les plus populaires