La vaccination d’AstraZeneca suspendue en Europe: Trudeau et Legault rassurants

OTTAWA — Alors que d’autres pays européens annonçaient lundi qu’ils suspendent l’utilisation du vaccin AstraZeneca contre la COVID-19, Ottawa tout comme Québec continuent à faire confiance au produit.

Lundi matin, la France et l’Allemagne ont posé le geste alors que les premiers ministres Justin Trudeau et François Legault tenaient une conférence de presse conjointe, à Montréal, pour faire une annonce à saveur économique.

Interrogés par les journalistes, tous deux ont maintenu que ce vaccin est sécuritaire. 

M. Trudeau, le premier, a cité «experts» et «scientifiques».

«Ils nous assurent que tous les vaccins offerts au Canada sont sécuritaires et efficaces, y compris AstraZeneca», a-t-il déclaré.

M. Legault a fait écho à ce discours.

«La santé publique du Québec fait un suivi, je dirais d’heure en heure, et nous dit qu’il n’y a aucun risque avec le vaccin AstraZeneca, qu’il est sécuritaire», a dit M. Legault.

M. Trudeau a également souligné que les lots de ce vaccin, identifiés dans certains pays européens comme étant, peut-être, à l’origine de formation de caillots sanguins chez des vaccinés, ne sont pas en circulation au Canada.

«On suit évidemment ce qui se passe avec une « batch » précise en Europe. On peut rassurer tous les Canadiens qu’il n’y a aucune dose d’AstraZeneca qui est venue des mêmes « batchs »», a insisté le premier ministre.

Sur les quelque 3 millions de doses de vaccin contre la COVID-19 administrées au pays, en date du 15 mars, l’Agence de la santé publique du Canada a relevé 1923 «déclarations d’effets secondaires suivant l’immunisation».

«À ce jour, aucun problème inattendu quant à l’innocuité des vaccins n’a été signalé», a rapporté Theresa Tam, administratrice en chef de l’agence, dans sa déclaration officielle quotidienne.

Après enquête, 214 de ces réactions «ont été jugées graves», soit une dose sur 11 000. On donne, comme exemple de ces épisodes, une réaction allergique grave. 

«Le gouvernement continue de travailler avec les organismes de réglementation internationaux, y compris l’Agence européenne des médicaments, pour déterminer s’il existe un quelconque besoin de prendre des mesures au Canada», a  déclaré Dre Tam.

De son côté, le premier ministre Trudeau a enjoint tous les Canadiens à se faire vacciner rapidement.

«Le meilleur vaccin pour vous, c’est le premier qui vous est offert, c’est celui que vous devriez prendre parce que c’est comme ça qu’on va passer à travers cette pandémie le plus rapidement et de la façon la plus sécuritaire possible», a plaidé M. Trudeau.

Le 26 février dernier, le vaccin AstraZeneca a reçu le feu vert de Santé Canada. 

Ottawa a déjà distribué aux provinces des centaines de milliers de doses fabriquées dans une usine en Inde. De ce lot, 300 000 doses doivent être utilisées avant le 2 avril, date de leur péremption.

En tout, Ottawa a acheté 22 millions de doses d’AstraZeneca, dont les 2 millions de l’usine indienne. Le programme COVAX fournira également 1,9 million de doses supplémentaires de ce vaccin au Canada d’ici la fin du mois de juin.

PFizer-BioNtech et Moderna sont les deux autres vaccins utilisés au pays. On attend toujours une première livraison du vaccin de Johnson & Johnson, le dernier à avoir été approuvé par Santé Canada. 

L’Espagne et l’Italie aussi ont décidé, lundi, de suspendre l’utilisation du vaccin AstraZeneca. C’est le Danemark qui, la semaine dernière, avait lancé le bal, suivi par l’Irlande, la Thaïlande, les Pays-Bas, la Norvège, l’Islande, le Congo et la Bulgarie.

Laisser un commentaire