La vaccination des détenus plus vulnérables suscite critiques et questions

OTTAWA — Des prisonniers plus vulnérables auront droit à quelques centaines de doses de vaccins d’ici la fin de la semaine, une initiative critiquée dans l’arène politique et chez les agents correctionnels. Le gouvernement fédéral, lui, répond qu’il suit les conseils des experts. 

Le Service correctionnel du Canada (SCC) commencera à vacciner les «détenus âgés et médicalement vulnérables sous responsabilité fédérale» à compter de vendredi. Il est prévu que 1200 doses de vaccins Moderna soient livrées au cours de cette première phase, soit environ 600 détenus qui auront droit à deux doses chacun.

Le SCC n’a pas voulu divulguer quels pénitenciers recevront les premières doses. 

Cette première phase vise à immuniser en priorité les détenus de 70 ans et plus, suivant les recommandations du Comité consultatif national de l’immunisation (CCNI). 

«À mesure que des doses de vaccin seront disponibles, elles seront éventuellement offertes à tous les détenus sous responsabilité fédérale, conformément à l’orientation du CCNI en matière de priorisation», a fait savoir le SCC par voie de communiqué. 

L’idée que des détenus, même aînés, se fassent vacciner dès vendredi a été vivement critiquée par des politiciens conservateurs. 

«Aucun criminel ne devrait être vacciné avant un travailleur de la santé de première ligne ou un Canadien vulnérable. Aucun», a écrit le chef du Parti conservateur du Canada, Erin O’Toole, sur Twitter mardi soir. 

Mercredi, le premier ministre de l’Ontario a fait écho à ses propos. «Je ne sais pas quel ministre s’occupe de ce dossier, mais il l’a échappé», s’est étonné Doug Ford.

La réplique n’a pas tardé du côté du ministre en question. «Le langage du ressentiment et de la peur n’a pas sa place dans cette discussion», a lancé le ministre de la Sécurité publique, Bill Blair, à leur endroit, lors d’une conférence de presse. 

Mario Guillemette, du Syndicat des agents correctionnels du Canada, soutient quant à lui que ce sont ses membres, et non les détenus plus âgés, qui devraient être immunisés le plus rapidement possible. 

À son avis, le fait de vacciner les agents correctionnels en priorité aurait pour effet d’empêcher les éclosions de COVID-19 dans les prisons canadiennes. Ces établissements n’ont pas été épargnés; il y a eu jusqu’ici 1146 cas et trois morts parmi les détenus. La population carcérale tourne autour de 13 000. 

En comparaison, il y a 7400 agents correctionnels fédéraux à travers le Canada. Parmi eux, 261 ont contracté le virus depuis le début de la pandémie. 

«Le détenu de 70, 75 ans, si moi, je suis vacciné, les chances que je lui donne sont nulles ou quasi nulles. (…) Lui, un coup vacciné, je ne peux plus le contaminer. Mais je peux quand même contaminer le restant du pénitencier», a résumé M. Guillemette en entrevue téléphonique. 

À cela, le ministre Blair répond que son gouvernement suit les conseils du CCNI, qui recommande de vacciner en priorité les résidants des «établissements de vie collective qui fournissent des soins aux personnes âgées». 

«Nous avons l’obligation de prendre soin de ceux qui sont sous notre garde pour s’assurer qu’ils sont traités avec équité et qu’ils sont en sécurité. Et je pense que c’est aussi dans l’intérêt de ces agents correctionnels qu’on prenne les étapes nécessaires pour protéger les gens les plus vulnérables dans ces institutions», a-t-il dit. 

Le SCC dit que ses employés seront vaccinés dans la province ou le territoire où ils résident, mais continuera de plaider pour que les travailleurs de la santé qui travaillent dans les pénitenciers, eux, soient inclus dans la première phase de vaccination. 

«La santé et la sécurité de nos employés, des détenus et du public sont une priorité absolue pour le Service correctionnel du Canada. (…) Nous continuerons de collaborer avec nos partenaires de la santé publique, les syndicats et les intervenants à la mise en place de mesures qui contribueront à tous nous prémunir contre cette pandémie», a fait savoir la commissaire Anne Kelly, dans un communiqué. 

Laisser un commentaire