La vaccination pour les 70 ans et plus est enclenchée en Abitibi-Témiscamingue

ROUYN-NORANDA, Qc — ROUYN-NORANDA-La campagne de vaccination va bon train en Abitibi-Témiscamingue. Le Centre intégré de santé et de services sociaux a annoncé mercredi le début de la vaccination pour les personnes âgées de 70 ans et plus. Certaines personnes de cette tranche d’âge avaient pu recevoir leur première dose un peu plus tôt, puisque les personnes de 70 ans et plus qui accompagnaient des personnes de 80 ans et plus étaient automatiquement vaccinées.

La façon de procéder demeure la même que pour les 80 ans et plus : les gens doivent prendre rendez-vous soit par Internet ou par téléphone. Les gens doivent par la suite se présenter à l’un des sept centres de vaccination aménagés un peu partout dans la région. À noter que le secteur de Senneterre n’a pas encore déterminé de lieu de vaccination pour les résidents de son territoire.

Autre bonne nouvelle : le détournement des vaccins des régions en zone orange vers Montréal et Laval n’a pas occasionné de retard pour la campagne de vaccination dans la région. «Nous avons finalement reçu tous les vaccins nécessaires aux dates prévues», a indiqué la coordonnatrice de la campagne, Katia Châteauvert.

Priorités et transport

La PDG du CISSS-AT, Caroline Roy, rappelle l’importance pour la population de respecter l’ordre de priorité dans la prise de rendez-vous. «Il s’agit de la plus grande campagne de vaccination réalisée, indique Mme Roy. Nous comptons donc sur la précieuse collaboration de toute la population pour suivre les directives transmises par le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS), pour assurer le bon déroulement de cette activité», indique Mme Roy, qui ajoute que le Québec recevra au cours des prochains mois suffisamment de vaccins pour couvrir l’ensemble de la population. 

Le CISSS-AT a reçu également quelques plaintes à l’effet que certaines personnes ne pouvaient pas se transporter aux centres de vaccination. «Nous sommes ouverts à l’utilisation des organismes de transport adapté pour ceux et celles qui en auraient besoin», a indiqué Mme Châteauvert. Le CISSS indique cependant que les gens doivent effectuer eux-mêmes les démarches auprès de ces organismes.

Le variant sud-africain confirmé en Abitibi

La Direction de la santé publique en Abitibi-Témiscamingue a par ailleurs confirmé que le variant sud-africain de la COVID-19 est bel et bien présent dans une quarantaine de cas recensés depuis les Fêtes. La médecin-conseil en santé publique, la Dre Omobola Sobanjo, note que la majorité des cas se retrouve dans la MRC d’Abitibi (secteur d’Amos). «Nous avons passé ces cas à travers le criblage et le séquençage, et nous savons maintenant que les cas que nous avons envoyés au laboratoire sont du variant sud-africain. Impossible pour le moment par contre de savoir d’où vient spécifiquement ce variant.»

À cet effet, le directeur de Santé publique, le Dr Horacio Aruda, a émis une hypothèse quant à la provenance de ce variant. «L’Abitibi vit vraiment une situation très particulière, a-t-il mentionné, en réponse à une question d’un journaliste. C’est probablement en lien avec les mines de l’Afrique du Sud, ça pourrait être une importation. I y a eu des criblages, on surveille la situation de très près, on veut voir s’il y a des éclosions. Actuellement, les éclosions sont sous contrôle, donc, cette souche-là pourrait finir par s’éteindre. Mais on suit la situation de très près.»

Laisser un commentaire