La vaccination prend son erre d’aller au Nouveau-Brunswick et en Nouvelle-Écosse

Le Nouveau-Brunswick espère pouvoir administrer au moins une dose de vaccin contre la COVID-19 à l’ensemble de sa population d’ici le 1er juillet.

En conférence de presse, vendredi, la médecin-hygiéniste en chef de la province, la Dre Jennifer Russell, a précisé que la cadence pourra augmenter grâce à un plus grand approvisionnement en vaccins et de nouvelles données appuyant le report de la deuxième dose. 

Ainsi, les autorités sanitaires comptent vacciner tous les résidants des foyers de soins de longue durée d’ici mercredi.

Plus de 200 pharmacies participent à la campagne d’immunisation de la province, qui doit s’ouvrir aux aînés de 85 ans et plus la semaine prochaine. 

Parmi les autres groupes admissibles d’ici la fin du mois de mars figurent les gens qui font régulièrement la navette de part et d’autre de la frontière, comme les travailleurs en rotation et les camionneurs.

Les préposés aux soins à domicile et les personnes âgées de 40 à 59 ans présentant plusieurs maladies chroniques doivent pour leur part être inoculés en avril et en mai. Le reste de la population doit être vaccinée d’ici la fin du mois de juin.

Environ 264 000 doses du vaccin de Pfizer-BioNTech sont attendues entre les mois d’avril et de juin. Les quantités prévues pour les vaccins de Moderna et d’Oxford-AstraZeneca vaccines doivent être annoncées dans les prochaines semaines.

Par ailleurs, un trentième décès lié à la COVID-19 a été rapporté vendredi au Nouveau-Brunswick. Les autorités ont également fait état de trois nouveaux cas, tous dans la région de Moncton.

Du côté de la Nouvelle-Écosse, un seul nouveau cas de COVID-19 a été enregistré vendredi, pour un total de 17 infections actives dans la province.

Ce petit nombre de cas permet aux autorités sanitaires de concentrer leurs efforts sur la vaccination, a souligné le médecin-hygiéniste en chef, le Dr Robert Strang, vendredi.

Le Dr Strang a précisé que la «phase d’approvisionnement limité» tire à sa fin et que la province pourra considérablement accélérer la distribution de doses d’ici la fin du mois. 

Les Néo-Écossais continueront de se faire vacciner en fonction de leur âge, en ordre descendant, ce qui constitue selon le Dr Strang la meilleure approche pour atteindre un taux élevé d’immunité dans la population.

Des cliniques communautaires participent actuellement à l’administration de doses pour les aînés âgés de 80 ans et plus.

Les personnes âgées de 63 et 64 ans seront les premières à recevoir le vaccin récemment autorisé d’AstraZeneca, et ce, dès la semaine prochaine.

Pas moins de 13 000 doses du vaccin seront administrées selon le principe du «premier arrivé, premier servi» à travers 25 sites de vaccination, dès le 20 mars.

Le premier ministre Iain Rankin affirme que les autorités sanitaires s’attendent à recevoir quelque 100 000 doses d’ici la fin du mois, soit plus que l’ensemble des doses obtenues jusqu’à présent.

Laisser un commentaire