La vérificatrice du N.-B. est très sévère avec les services ambulanciers

FREDERICTON — La vérificatrice générale du Nouveau-Brunswick affirme que la province ne gère pas correctement ses services ambulanciers.

Dans son rapport, déposé mardi, Kim Adair-MacPherson conclut que le service manque de surveillance gouvernementale et que le partenaire privé est incité à maintenir de bas niveaux de dotation.

Depuis 2007, la gestion des services d’ambulance provinciaux est confiée par contrat à Services de santé Medavie Nouveau-Brunswick (SSMNB). Or, Mme Adair-MacPherson soutient que «le cadre législatif et la structure de gouvernance ne permettent pas une surveillance suffisante des services d’ambulance».

Elle estime que «la pénurie de travailleurs paramédicaux a entraîné des paiements de plus de 8 millions $ à SSMNB, ce qui a pu l’inciter à maintenir de faibles niveaux d’effectifs».

La vérificatrice générale recommande au ministère de la Santé d’officialiser le mandat et la gouvernance du service dans une loi et de lui fournir des lettres de mandat, avec approbation du budget annuel. Elle recommande aussi de modifier la structure du conseil d’administration pour donner plus d’indépendance à ses membres.

Mme Adair-MacPherson recommande enfin au ministère de modifier ses indicateurs de performance afin que l’opérateur privé soit incité à offrir de meilleurs services aux citoyens.

——

Cet article a été produit avec l’aide financière des Bourses Facebook et La Presse Canadienne pour les nouvelles.

Laisser un commentaire