La vérificatrice générale du N.-B. sonne l’alarme sur la dette publique

FREDERICTON — La vérificatrice générale du Nouveau-Brunswick s’alarme du niveau croissant d’endettement de la province, et elle demande au gouvernement de publier avant le scrutin de septembre les états financiers vérifiés.

Kim MacPherson s’est dite troublée, mardi, par la décroissance financière de la province, rappelant la hausse de 7 milliards $ de la dette nette depuis 10 ans. Elle martèle encore une fois qu’un tel niveau de croissance de la dette publique n’est pas «viable».

La dette du Nouveau-Brunswick devrait atteindre 14,4 milliards $ d’ici la fin de mars 2019; le gouvernement a consacré l’an dernier au service de la dette 700 millions $ en intérêts seulement. Mme MacPherson signale que si le service du paiement des intérêts de la dette était un ministère, il serait doté d’un budget supérieur à celui du ministère des Transports et de l’Infrastructure.

La vérificatrice générale estime que le gouvernement se dirige vers un onzième déficit annuel consécutif, sans véritable plan pour régler la décroissance financière de la province. À ce rythme, les gouvernements au Nouveau-Brunswick ne seront plus capables d’offrir le même niveau de services, a-t-elle prévenu.

Mme MacPherson estime d’ailleurs que le gouvernement devrait s’inquiéter davantage de la réaction des agences de notation de crédit.

L’agence DBRS a récemment rétrogradé de «stable» à «négative» la tendance de la province. L’agence déplorait le fait que le gouvernement, en cette année électorale, ait choisi d’augmenter les dépenses — et donc de reporter encore une fois l’atteinte de l’équilibre budgétaire.

L’agence Moody’s n’est pas plus tendre: elle déplore que la province, qui n’a pas affiché de budget équilibré depuis 2007-2008, ne prévoie pas non plus de déficit zéro avant 2021-2022. «Parmi les provinces canadiennes, il s’agit de l’une des plus longues périodes continues de déficits depuis la crise financière de 2008-2009.»

Le bureau de la vérificatrice générale signale aussi que depuis 10 ans, les gouvernements ont dépassé à cinq reprises leurs objectifs budgétaires avant même d’obtenir l’approbation de l’Assemblée législative.

Mme MacPherson a par ailleurs souhaité que le gouvernement publie avant le scrutin de septembre les états financiers vérifiés de la province. Or, deux heures avant le dépôt du rapport de la vérificatrice générale, le président du Conseil du trésor, Roger Melanson, a indiqué dans un communiqué que son gouvernement avait l’«intention» de le faire. Le ministre Melanson n’a toutefois pas précisé la date de cette publication.