La VG conclut qu’Ottawa doit prévenir davantage les catastrophes chez les Autochtones

OTTAWA — La vérificatrice générale du Canada affirme que le gouvernement n’a pas accordé aux communautés des Premières Nations le soutien dont elles ont besoin pour répondre aux urgences comme les incendies de forêt et les inondations, même si son bureau avait agité un drapeau jaune il y a près de dix ans.

Dans un rapport publié mardi sur la gestion des urgences par le ministère des Services aux Autochtones, le bureau de Karen Hogan conclut que bien peu de choses ont changé depuis un précédent audit en 2013.

Le rapport de la vérificatrice générale (VG) indique qu’il y a eu plus de 1300 situations d’urgence dans les communautés des Premières Nations au cours de la dernière décennie, ce qui a obligé plus de 130 000 personnes à quitter leur résidence et leur terre traditionnelle.

L’audit indique que les Services aux Autochtones ont tendance à réagir aux urgences au lieu de prendre des mesures préventives pour atténuer les dommages en cas d’inondations, d’incendies et de glissements de terrain.

Pourtant, de nombreux projets d’infrastructure déjà bien identifiés par les communautés autochtones permettraient d’atténuer les répercussions des situations d’urgence, soutient la vérificatrice générale.

Pendant ce temps, le ministère dépense trois fois et demie plus d’argent pour aider les Premières Nations à se remettre d’une catastrophe qu’il n’en dépense pour les aider à se préparer.

«Le rapport met en question l’approche du gouvernement libéral et l’approche de Justin Trudeau. Le fait qu’il ne peut pas vérifier que l’argent dépensé va régler le problème de l’itinérance c’est un grand problème», a commenté lundi le chef du Nouveau Parti démocratique, Jagmeet Singh.

Mme Hogan estime par ailleurs que le gouvernement fédéral n’a pas effectué une évaluation des risques pour recenser les collectivités des Premières Nations les plus vulnérables aux situations d’urgence.

Questionné à savoir si le gouvernement Trudeau est un bon gestionnaire, M. Singh a répondu que non. Il a dit que c’est le NPD qui a «forcé» les libéraux à aider les gens ayant perdu leur emploi durant la pandémie et que son parti continue de faire de même maintenant avec l’inflation. 

«Le rapport montre que non, ce gouvernement n’est pas un bon gestionnaire, mais avec nos efforts, notre leadership, on a poussé ce gouvernement à faire mieux», a indiqué Jagmeet Singh.

En conférence de presse, on lui a demandé pourquoi alors il maintenait au pouvoir le gouvernement de Justin Trudeau. «L’alternative c’est de lâcher et on ne lâche pas. On continue. (…) En ce moment, on a une responsabilité d’améliorer la réponse du gouvernement pour aider les gens dans les crises», a-t-il répondu. 

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.