La Ville de Saint-Jean, N.-B., victime d’une cyberattaque, refuse de verser la rançon

SAINT-JEAN, N.-B. — La Ville de Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick, reconstruit ses réseaux informatiques plutôt que de se soumettre aux criminels qui ont lancé une cyberattaque en novembre.

Le directeur de la Ville, John Collins, a informé le conseil municipal, lundi, des efforts pour reconstruire les systèmes informatiques à la suite d’une tentative d’extorsion par rançongiciel. Il a assuré le conseil municipal qu’aucune rançon n’avait été versée.

Les pirates lancent ce type d’attaques en infectant les ordinateurs avec un logiciel et en demandant ensuite de l’argent en échange de la fin de l’agression. 

M. Collins a expliqué que les systèmes de la Ville avaient été déconnectés d’internet dès que l’attaque du 13 novembre a été découverte. Il ne croit pas que des renseignements personnels, comme des coordonnées bancaires, aient été subtilisés.

Le directeur de la Ville n’a pas voulu révéler les systèmes qui ont été affectés par l’attaque ou fournir quelque information qui pourrait aider les pirates informatiques ou ceux qui voudraient les imiter.

Selon M. Collins, le coût de la reconstruction du réseau sera couvert par l’assurance et le fonds de réserve informatique de la Ville. 

Laisser un commentaire