L’absence d’un lieutenant-gouverneur crée des problèmes pour le N.-B.

FREDERICTON — Le gouvernement fédéral tarde à nommer un nouveau lieutenant-gouverneur pour le Nouveau-Brunswick, ce qui crée une impasse pour le gouvernement provincial.

La lieutenante-gouverneure Jocelyne Roy Vienneau, la première femme acadienne à occuper ce poste, est décédée le 2 août après une longue bataille contre le cancer.

Des travaux importants du gouvernement, y compris la sanction royale pour des projets de loi, ne peuvent être terminés tant que le lieutenant-gouverneur n’a pas signé un décret.

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Blaine Higgs, a déploré le retard pour certains dossiers gouvernementaux. Il a dit croire que les contraintes de temps deviendraient un défi.

Un porte-parole du bureau du premier ministre Justin Trudeau a indiqué jeudi qu’il n’y avait rien à annoncer pour l’instant.

Lorsque le lieutenant-gouverneur de la Saskatchewan Thomas Molloy est décédé en juillet, Russell Mirasty a été nommé remplaçant à peine 15 jours plus tard.

Mme Roy Vienneau avait été nommée par l’ancien premier ministre Stephen Harper en 2014.

Les lieutenants-gouverneurs ont généralement un mandat d’au moins cinq ans.