L’accès aux poteaux de télécommunications pour les services internet est difficile

OTTAWA — Les fournisseurs internet du Canada semblent avoir de la difficulté à obtenir un accès rapide et abordable aux poteaux de télécommunications dans les régions mal desservies du pays.

Le président du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC), Ian Scott, affirme que l’industrie a décrit le problème des poteaux comme étant de loin le plus grand obstacle à l’extension des services à large bande dans les régions rurales et éloignées du Canada.

Il dit que le CRTC explore des solutions et sollicite des commentaires et des recommandations jusqu’au 30 novembre.

M. Scott a tenu ces propos dans un discours vidéo lors d’une conférence virtuelle de deux jours pour les fournisseurs de services internet indépendants.

Il affirme que le déploiement d’un service internet à large bande qui répond aux normes minimales du CRTC dans toutes les régions du Canada est devenu une plus grande priorité depuis que la pandémie de COVID-19 a frappé cette année.

M. Scott indique que l’objectif du CRTC est de faire en sorte que 90 % des foyers et des entreprises du Canada puissent avoir accès à des services internet à large bande d’un niveau acceptable d’ici la fin de 2021, comparativement à 45 % à la fin de 2019.

«Curieusement, l’augmentation des vitesses de service dans les collectivités éloignées et moins bien desservies du Canada est peut-être le plus petit obstacle à surmonter», a déclaré M. Scott mardi lors du sommet 2020 des fournisseurs.

«Il pourrait s’avérer encore plus difficile de veiller à ce que ces collectivités disposent des technologies nécessaires pour accéder à des ensembles de données illimités, pour choisir parmi un certain nombre de fournisseurs de services et pour recevoir un service de grande qualité», a-t-il affirmé.

La conférence est un événement annuel organisé pour les fournisseurs internet qui ne sont pas la propriété de l’une des grandes entreprises de téléphonie ou de câblodistribution du Canada, qui desservent collectivement environ 90 % des abonnés internet.

Le CRTC est en train de régler un différend de prix de longue date entre les fournisseurs indépendants et les propriétaires de réseaux qui leur accordent un accès de gros à internet.

M. Scott affirme qu’il ne discutera pas de la position du CRTC sur les tarifs internet de gros avant d’avoir terminé son examen d’une décision de 2019 qui a fait l’objet de multiples appels.

Laisser un commentaire