L’accusé dans l’affaire de harcèlement en ligne contre Amanda Todd a été extradé

VANCOUVER — Un Néerlandais accusé d’avoir harcelé une adolescente de Colombie-Britannique, Amanda Todd, a été extradé vers le Canada, plus de huit ans après que le suicide de la jeune fille eut fait les manchettes un peu partout dans le monde.

Le service des poursuites de la Colombie-Britannique a indiqué qu’Aydin Coban était en détention et qu’il avait fait sa première apparition dans une salle d’audience de la province le 8 décembre.

Aydin Coban est accusé d’extorsion, de harcèlement criminel, de communication avec une adolescente en vue de commettre une infraction sexuelle et de deux chefs de possession de pornographie juvénile.

Il n’a présenté aucun plaidoyer et sa prochaine comparution aura lieu le 12 février en Cour suprême de la Colombie-Britannique à New Westminster pour une conférence préparatoire au procès.

Son avocat établi à Amsterdam n’a pas immédiatement répondu à une demande pour commenter la situation.

La mère d’Amanda Todd, Carol Todd, a déclaré avoir ressenti un «choc» dans tout son corps lorsqu’elle a appris le 7 décembre qu’un avion atterrissait au Canada avec Aydin Coban à son bord.

«Je craignais que cela n’arrive jamais, à cause de ce que la pandémie a fait dans le monde», a-t-elle déclaré. «Cela m’a en fait ramenée émotionnellement en octobre 2012.»

C’était le mois où Amanda Todd, 15 ans, s’est suicidée. Peu de temps avant sa mort, elle a publié une vidéo YouTube dans laquelle elle utilisait silencieusement des notes manuscrites pour décrire le cauchemar en ligne auquel elle avait été confrontée.

Dans la vidéo, elle affirmait qu’elle était en 7e année lorsqu’on lui a demandé d’exposer ses seins lors d’une discussion en ligne. Elle a dit qu’elle avait reçu un message Facebook d’un homme un an plus tard, menaçant d’envoyer la photo tirée de la caméra branchée à l’ordinateur à ses amis et à sa famille si elle refusait de «se donner en spectacle» pour lui.

Son histoire a suscité une conversation à l’échelle du pays sur le harcèlement en ligne et l’exploitation sexuelle. Le cas d’Amanda Todd et d’autres ont incité le gouvernement canadien à introduire une loi qui criminalise la distribution d’images intimes sans le consentement de la personne.

En 2015, un an après que la GRC a initialement annoncé des accusations contre lui alors qu’il attendait son procès aux Pays-Bas dans une autre affaire, Aydin Coban a écrit une lettre ouverte professant son innocence.

«Je ne suis pas le supposé bourreau de Mlle Amanda Todd ou de qui que ce soit d’autre d’ailleurs. Je suis en prison depuis exactement un an maintenant pour des choses que je n’ai pas faites», écrit-il.

En 2017, Aydin Coban a été reconnu coupable par un tribunal néerlandais et condamné à près de 11 ans de prison pour fraude en ligne et chantage à l’endroit de 34 jeunes femmes et cinq hommes.

Un tribunal néerlandais a approuvé son extradition vers le Canada peu de temps après.

Carol Todd s’est rendue à Amsterdam en février 2017 afin de voir Aydin Coban en personne lors de son procès là-bas. Elle l’a décrit comme un moment «surréaliste» et a dit que cela la préparait un peu à le voir à son procès au Canada.

La mère est devenue une militante contre l’exploitation en ligne et elle a déclaré que l’histoire de sa fille se perpétuait à travers les médias sociaux afin d’aider les autres.

«Je suis juste bénie que (l’extradition) ait eu lieu et que la voix d’Amanda puisse encore être entendue, et cela apportera un autre chapitre à son histoire.»

Laisser un commentaire