L’administration Biden prolonge l’urgence de santé publique COVID-19

WASHINGTON — L’administration Biden a déclaré jeudi que l’urgence de santé publique pour la COVID-19 se poursuivra jusqu’au 11 janvier aux États-Unis alors que les responsables se préparent à un pic de cas cet hiver.

La décision intervient alors que la pandémie s’est estompée dans l’esprit de nombreuses personnes. Les décès et les infections quotidiens diminuent et les gens – dont beaucoup sans masque – retournent normalement au travail, dans les écoles et les épiceries.

L’urgence de santé publique, déclarée pour la première fois en janvier 2020 et renouvelée tous les 90 jours depuis, a radicalement changé la façon dont les services de santé sont fournis.

La déclaration a permis l’autorisation d’urgence des vaccins, des tests et des traitements COVID-19 gratuitement. Elle a étendu la couverture du programme Medicaid à des millions de personnes, dont beaucoup risquent de perdre cette couverture une fois l’urgence de santé publique terminée. 

Cela a aussi ouvert temporairement l’accès à la télésanté aux bénéficiaires de Medicare, permettant aux médecins de percevoir les mêmes tarifs pour ces visites et encourageant les réseaux de santé à adopter la technologie de télésanté.

Depuis le début de cette année, les républicains ont pressé l’administration de mettre fin à l’urgence de santé publique. Le président Joe Biden, quant à lui, a exhorté le Congrès à fournir des milliards de dollars supplémentaires pour payer les vaccins et les tests COVID-19. Le gouvernement fédéral a cessé d’envoyer des tests COVID-19 gratuits par la poste le mois dernier, affirmant qu’il n’avait plus d’argent.

Des responsables de la santé publique exhortent les personnes âgées de 5 ans et plus à obtenir une dose de rappel du vaccin contre la COVID-19 parallèlement à un vaccin contre la grippe cet automne avant une montée des cas prévue cet hiver et une mauvaise saison grippale. 

Le week-end dernier, environ 13 millions de personnes avaient reçu la dose de rappel, qui cible le variant Omicron, selon le Dr Ashish Jha, coordinateur COVID-19 à la Maison-Blanche.

L’administration a déclaré qu’elle fournirait un préavis de 60 jours avant de mettre fin à l’urgence de santé publique.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.