Laïcité : Arcand accuse Legault de bafouer la démocratie

Le chef de l’opposition officielle est sorti de sa réserve habituelle pour juger que le premier ministre méprisait les citoyens qui ne pensaient pas comme lui, se montrant ainsi indigne d’occuper sa fonction.

QUÉBEC — Le gouvernement Legault bafoue les règles démocratiques en s’apprêtant à imposer par bâillon le projet de loi sur les signes religieux, dénonce l’opposition libérale en exigeant plus de temps.

Le débat autour du projet de loi 21 interdisant à certains employés de l’État de porter des signes religieux, déposé il y a une semaine, devient chaque jour plus acrimonieux.

Le chef de l’opposition officielle, le libéral Pierre Arcand, est sorti de sa réserve habituelle, jeudi, pour juger que le premier ministre François Legault méprisait les citoyens qui ne pensaient pas comme lui, se montrant ainsi indigne d’occuper sa fonction.

Le nombre de jours requis pour faire franchir toutes les étapes à ce projet de loi complexe, abordant un sujet délicat et controversé, n’est pas respecté, selon le chef libéral, qui exige davantage que les cinq semaines prévues d’ici la mi-juin.

Sinon, «clairement, il nie les droits des parlementaires», selon M. Arcand, pour qui les délais prévus sont «totalement inacceptables», «totalement irréalistes».

Le gouvernement doit donc s’engager dès maintenant «à renoncer au bâillon» pour laisser le débat se tenir dans des conditions normales, a-t-il insisté.

Une telle prolongation impliquerait cependant de reporter l’étude détaillée, la consultation publique et l’adoption du projet de loi à la session d’automne, un scénario qui ne figure pas dans les plans du gouvernement.

Car le premier ministre Legault, pressé de passer à autre chose, est demeuré sur ses positions, jeudi, confirmant les appréhensions de l’opposition. Il a réaffirmé sa ferme intention, en mêlée de presse, de procéder rapidement, se montrant prêt à utiliser la procédure exceptionnelle du bâillon si nécessaire.

Mépris et dignité

Les travaux parlementaires de la présente session prendront fin le vendredi 14 juin et le premier ministre tient à ce que le projet de loi 21 soit adopté avant cette échéance.

«Vous méprisez ceux qui ne pensent pas comme vous», a lancé Pierre Arcand au premier ministre en Chambre, en matinée, pour dénoncer le fait que, faute de temps, bien des gens risquent de ne pas pouvoir exprimer leur opinion sur le projet de loi. Il a ajouté qu’il s’interrogeait à savoir si ce dernier était «vraiment digne de la fonction» qu’il occupe.

Piqué au vif, le premier ministre a répliqué en disant qu’il ne descendrait «pas aussi bas que le chef de l’opposition officielle».

En conférence de presse, plus tôt, M. Arcand avait fait valoir qu’il était totalement inusité de voir un gouvernement évoquer le bâillon dès le dépôt d’un projet de loi, alors qu’il s’agit habituellement d’un ultime recours parlementaire utilisé en fin de course pour débloquer une impasse, quand tous les autres moyens n’ont pas fonctionné.

«Du jamais vu», a commenté M. Arcand.

Mais «tout a été dit» dans ce dossier depuis une décennie, a observé M. Legault, qui est d’avis que les positions des quatre différents partis sont déjà connues et ne changeront pas. Selon lui, les libéraux, qui rejettent en bloc le projet de loi 21, ne cherchent qu’à «laisser traîner» les choses.

Il a même dit craindre des menaces à la paix sociale si le débat se prolongeait trop longtemps.

«Il est temps qu’on tourne la page. Étirer le dossier ne serait pas nécessairement bon pour la cohésion sociale», selon lui.

«On a intérêt à régler ça rapidement», a martelé le premier ministre, convaincu que l’échéance du 14 juin est réaliste pour mener à bien la consultation, l’étude et l’adoption du projet de loi déposé par le ministre de l’Immigration, Simon Jolin-Barrette, qui doit en parallèle mener à son terme le projet de loi 9 sur une réforme controversée des critères de sélection des nouveaux arrivants.

Les échéances sont assurément très serrées, car les parlementaires doivent d’abord étudier et adopter les crédits dévolus aux différents ministères, une opération qui nécessitera de nombreuses heures dans les prochaines semaines. De plus, le Parlement fait relâche une semaine en avril et une autre en mai.

Le député libéral Gaétan Barrette a mis son grain de sel, pour se plaindre lui aussi des réflexes selon lui peu démocratiques du gouvernement.

«Dans tous les projets de loi qui sont déposés actuellement, on « bulldoze ». Si vous me demandez si « bulldozer » dans tous les projets de loi c’est démocratique, on commence à s’en éloigner sérieusement», selon lui.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

13 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Votre sous-titre est tourné de manière suavement ambiguë : « … se montrant ainsi indigne d’occuper sa fonction. » …

La spécialité des libéraux étant de tourner autour du pot pour ne finalement rien faire, il est normal que MM Arcand juge que 5 semaines sont de la précipitation.
Mais pour la population, 15 ans et 5 semaines sont amplement suffisant.

Bien dit! Arcand s’ enfonce de plus en plus dans le rouge teint qui ne pense qu’ à son petit parti qui n’ a pas encore réaliser que s’ il est là aujourd’ hui ; c’ est qu’ il a probablement manqué une réalité!!

Les libéraux se sont servi du baîllon pas qu’une fois lorsqu’ils étaient au pouvoir ef surtout M.Barette ..je ne crois pas qu’ils sont en mesure de critiquer le nouveau gouvernement car les liberaux n’ont rien fait pour régler le litige. Ils ont surtout dépoché les electeurs de bien des gains pour les appauvrir et laisser les tits amis gagner plus d’argent.. des pas de colonne..
On soit regarder ce qu’on a fait avant de critiquer…

Les libéraux par leur approche s’intéresse davantage au contenant qu’au contenu. Ils expriment ainsi leur incapacité à apporter du nouveau dans l’à propos du projet de loi. Il n’ont encore rien compris de plus suite à leur déconvenue électorale sur ce que les citoyens désirent. Ils s’entête à confondre une religion et une organisation politico-religieuse d’un tout autre acabit et dont les fins n’ont rien de comparable avec qu’une liberté de pratique religieuse.

Arcand est en mission pour défaire le projet de loi 21 ! Autrement dit , il est en mission pour détruire ce que +/- 70 % des québecois aspirent à cette loi!! Beau travail de la part des libéraux pour rester dans l’ opposition encore 4 ans supplémentaires!

Le PQ et QS représentent ensemble environs 20% de la population qui hurle de rage ce qui est l’exacte répétition de la crise anti peuple Québécois qui a précédé l’adoption de la loi 101 en août 1977.

En fait l’argument principal des libéraux avant même de commencer la commission parlementaire sur le projet de loi 21 est le manque de TEMPS !!! Paradoxalement après presque 15 ans de pouvoir ( interrompu par 18 mois PQ ) et la charte sur la laicité du PQ est de dire : « on va manquer de temps » !!! Après avoir balayer sous le tapis la volonté du peuple et surtout avoir traiter le premier ministre actuel de : » souffler sur les braises de l’intolérence » les libéraux avec le petit « cheuf » déclare en chambre que le premier ministre n’ est pas « digne de sa fonction » !! Aie! Réveillez-vous les rouges ! Vous n’ êtes plus au pouvoir et vous représentez en majorité l’ île de Montréal à majorité anglophone et ethnique ! Avec votre 10 % d’ appui des francophones lors des dernières élections , vous n’ êtes pas en position de baver le gouvernement ! À votre place je me garderais une petite gène et j’ essaierais de reconquérir l’ électorat !!!

Je pense que 70% de la population c’est un bon départ pour obtenir qu’une proposition soit acceptée.
Mépriser ceux qui ne pensent pas comme vous, voir première sentence à 70% on est proche de la majorité.
Ça fait dix ans que vous discutez, eh bien on passe au résultat. Vous n’allez pas refaire une commission à grand frais, spécialité des autres partis pour placer leurs petits namis.

On nous assomme avec une majorité de 70% en faveur de la loi 21. Je doute que ce pourcentage soit réaliste pour l’ensemble du Québec. La région de Montréal, n’est pas le Québec. Les gens de cette région se prennent pour le Québec, ils n’en sont que le nombril pour lequel ils se prennent. Le reste du Québec en est le corps. Et peut-être la tête.

Indigne d’occupé sa fonction-buldozer-anti-démocratique-réserve, d’argent je suppose-mépriser la population majoritairement francophones-nier des droits parlementaires-bâillon utilisé en fin de course-
A quoi cela me fait-il donc penser?
Jean qui donc ?
Philippe qui donc ?
Rouge!
Rouge comme libéral peut-être?
Ah ben: Barette!
Barette ça commence par un B comme buldozer, bully, bon ben qui reste donc dans l’opposition…ils vont avoir juste assez de votes pour y rester longtemps encore, sauf…
Sauf s’ils appuient la loi…
En effet dans ce cas peu probable ceux qui les appuient encore se tourneront pour QS.
Et on se débarrassera des libéraux!
On gagnera une Manon Massé en burqa, car les députés ne seront pas touché par la nouvelle loi.
Ça me ferait tellement de peine pour Christine Saint-Pierre, quoi qu’elle pourrait toujours se présenter sous QS!
Pour finir sur un ton moins sarcastique même si je n’en ai pas envie, trop mal inspiré par cette gagne de bouffons, si les oppositions surtout les libéraux et QS qui en remet en virant son capot de bord selon les considérations des membres en ignorant et à l’encontre de leurs commettants et surtout de ceux qui n’ont pas voté pour eux même s’ils sont aussi leurs représentants, ne cessent pas d’exagérer la porté de la loi et exacerbent trop leurs supporteurs opposés à tout prix, ils vont monter les opposants en bloc les uns contre les autres. Personne ne voudra diluer leurs positions et les modérés d’un bord comme de l’autre vont être noyés par des camps grandissant de gens s’opposant sans discernement.
Comme ceux qui sont pour, sont le double de ceux qui sont contre, et se sentent maintenant en position de force, avec un gouvernement même insatisfaisant qui répond suffisamment à leurs désirs sur cette question, et qu’un grand nombre trouve que ceux qui sont contre depuis longtemps, même à tord, ont eu l’exclusivité des décisions en leurs faveurs et que ces derniers trouvent toujours qu’ils ne sont pas bien traités et trop d’entre eux ne cessent de revendiquer sans jamais être satisfait en plus de traiter la majorité de raciste, islamophobes et le reste, j’ai peur que ça risque de mal finir un jour ou l’autre.
Après avoir le sentiment que les gouvernements successifs, à tord ou à raison, en ont toujours donné plus aux autres, des groupes minoritaires alors que ces derniers sans cesse croient encore et encore n’en avoir jamais eu assez, lorsque le plus gros cassera ses chaînes il faudra oublier le pragmatisme et même le gros bon sens.
Et ce n’est pas les revendications, les accusations, voir les menaces des employés de l’état Québécois dans les commissions scolaires dès maintenant d’ailleurs qui vont adoucir le débat en promettant de ne pas obéir à la loi et en disant qu’ils ne l’appliqueront pas.
Et puis une commentatrice du Devoir et le maire d’Hamstead qui font des références hors de proportions, irréalistes et incendiaires non plus.
Les politiciens ont des responsabilités.
Des responsabilités non seulement de ne pas amplifier exagérément les situations, mais de calmer les débats, mais en plus d’avoir des propos équilibrés et de coopérer dans le but de bonifier dans le sens de leurs opinions, de leur conscience et des opinions de leurs commettants mais ce n’est déjà pas parti pour cela.
Si des actes répréhensibles, voir criminels, de la désobéissances civiles se produit je serai dans les premier à les montrer du doigt.
Le maire de Hamstead doit démissionner au plus vite.
La journaliste du Devoir doit être renvoyée, la liberté d’expression ne doit pas inciter à la haine.
Tant qu’aux gens se sentant visés, auraient-ils avantages à envisager eux aussi, comme l’ensemble de la population Québécoise depuis la révolution tranquille l’ont fait régulièrement et comme ils nous le demandent à répétition, qu’eux aussi se remettre en question?
Pour ma part, j’aime habituellement analyser, être pragmatique, me moquer, blaguer, en rire pour calmer les situations mais là pour la première fois je commence à ne plus trouver rien de drôle à ses débats qui se répètent depuis près de 15 ans. Je commence a en avoir souper d’être de ceux qui sont blâmés tout en essayant d’être accueillant, poli, courtois et aidant, recevant. Il me semble que je suis à la vieille de décrocher. C’est assez.
Heureusement que je ne consulte pas les réseaux sociaux.
Mais ce que j’entends et trop de ses propos commencent à m’exaspérer.
Je crois sincèrement que je suis près de perdre ma sympathie et mon empathie pour ceux qui s’opposent sans nuances et drastiquement, mais aussi de faire la sourde oreilles aux autres.
Une chose est certaine je me suis toujours dit que même s’il n’y avait pour me servir un jour, que la seule femme du Québec en burqa pour me servir, par exemple à la banque, je refuserais. Je n’ai pas changé d’idée.
Mais me faire dire sans autres considérations que de demander de ne pas porter de signes religieux au travail pour quelques heures c’est équivalent à un génocide, la je décroche complètement.
Les religions se sont des croyances. Et donc lâchez-moi avec vos revendications, vos accommodements, vos congés et avantages pour des croyances.
Respirons par le nez, modérez-vous un peu, et cessez de me comparer au pire. À force de me faire taper à coups d’exagérations honteuses complètement disproportionnées je vous laisserez tomber!

Les libéraux y ont utilisé plus le bâillon que tout autre partie fait que pas de leçon à donner

Il est temps qu un PM prennent position et n’ont toujours laissé traîner pour des vote futur félicitations m Legault