L’aide financière pour l’industrie pétrolière doit aller aux travailleur

Certaines organisations canadiennes demandent au gouvernement fédéral d’utiliser toute aide financière destinée à l’industrie pétrolière pour donner un coup de main aux travailleurs et aux familles, plutôt qu’aux sociétés.

La demande est présentée dans une lettre ouverte au premier ministre Justin Trudeau, publiée mardi matin et signée par des organisations environnementales, des groupes confessionnels et des groupes syndicaux qui, selon les signataires, représentent environ 1,3 million de personnes.

«Donner des milliards de dollars aux entreprises pétrolières et gazières défaillantes n’aidera pas les travailleurs et ne fera que prolonger notre dépendance envers les combustibles fossiles», indique la lettre.

Cette lettre a été envoyée en réponse à des informations selon lesquelles Ottawa est en train d’élaborer un plan de sauvetage de plusieurs milliards de dollars pour l’industrie, qui est frappée par des creux de prix records pour son produit.

Des informations indiquent que les dirigeants de l’industrie veulent un programme qui achèterait des actifs en difficulté, suspendrait les taxes fédérales sur le carbone et le revenu et fournirait des prêts sans intérêt et des garanties de prêt.

Mais la révérende Cheri Di Novo de l’église unie Trinity St. Paul de Toronto estime qu’il s’agit d’une mauvaise politique.

«Si vous versez de l’argent aux personnes les plus riches du pays et aux plus grandes sociétés, cela n’aura pas d’effet sur les travailleurs», a noté Mme Di Novo, une ancienne politicienne néo-démocrate de l’Ontario.

«(L’argent) a tendance à rester au sommet.»

Tout plan de sauvetage de l’industrie du pétrole sera probablement l’un des plus importants programmes de dépenses fédérales de l’histoire récente, avance Julia Levin d’Environmental Defence.

Elle affirme que ces dépenses devraient être alignées sur d’autres priorités fédérales, comme aider les travailleurs à quitter le secteur des combustibles fossiles et lutter contre les changements climatiques.

«Ils peuvent profiter de cette occasion pour mettre en place les types d’investissements qui correspondent aux engagements qu’ils ont pris.»

La lettre appelle à un soutien immédiat du revenu pour les travailleurs du pétrole et du gaz, y compris un accès accru à l’assurance-emploi. Elle suggère également de l’argent pour que les travailleurs puissent se recycler dans «les secteurs émergents à faibles émissions de carbone comme l’efficacité énergétique, la technologie, les soins de santé et les énergies renouvelables».

De plus, la lettre demande de l’argent pour embaucher des travailleurs pour nettoyer les puits de pétrole et de gaz abandonnés par les sociétés énergétiques qui ne sont plus en mesure de les payer.

Cet argent, lit-on, «devrait également être lié à un changement réglementaire en Alberta pour garantir que la province met en place un programme de pollueur-payeur afin que le public ne se retrouve pas avec ces responsabilités à l’avenir».

Les plus populaires