L’Alberta décerne un prix à un essai affirmant que les sexes ne sont pas égaux

EDMONTON — L’Alberta a décerné un prix à une essayiste qui soutient que les sexes ne sont pas égaux et que les femmes devraient choisir les bébés plutôt que les carrières, pour éviter que la province n’ait à accueillir plus d’étrangers, risquant un «suicide culturel».

Le gouvernement du Parti conservateur uni a retiré mardi l’essai de son site Web de l’Assemblée législative, à la suite d’une vague de condamnations sur les réseaux sociaux.

Jackie Armstrong-Homeniuk, ministre associée pour la Condition féminine, était l’organisatrice du concours et la présidente du jury. Elle a d’abord pris ses distances avec l’affaire puis, au fur et à mesure des critiques, en a pris la responsabilité, sans expliquer quels juges ont décidé d’attribuer le prix et pourquoi.

«Le concours visait à refléter un large éventail d’opinions de jeunes femmes albertaines sur ce que la démocratie signifie pour elles», a indiqué Mme Armstrong-Homeniuk dans un communiqué mardi matin.

«Bien que l’essai en question ne représente certainement pas les opinions de toutes les femmes, moi y compris, l’essai en question n’aurait pas dû être choisi», a-t-elle ajouté.

Plus tard dans l’après-midi, la ministre a publié une déclaration mise à jour indiquant que certains de ses collègues du caucus et du cabinet avaient fait part de leurs inquiétudes. «Il est clair que le processus a échoué, et je m’excuse pour le rôle que j’y ai joué», a-t-elle souligné. «La sélection de cet essai particulier et son attribution du troisième prix ont été un échec de ma part en tant que présidente du jury.»

Mme Armstrong-Homeniuk était le visage du concours depuis son introduction en février. Le concours «Her Vision Inspires» a mis au défi des femmes âgées de 17 à 25 ans de décrire leurs idées pour une Alberta meilleure.

Le concours précisait que les essais seraient jugés par Mme Armstrong-Homeniuk et d’autres députés, mais n’a pas précisé les noms des autres juges. L’opposition néo-démocrate a dit qu’elle n’avait pas participé.

Les deux premiers essais suggèrent des moyens d’impliquer davantage de femmes, et la population en général, dans la vie publique.

La gagnante de la troisième place — identifié uniquement comme S. Silver — a remporté un prix de 200 $, à dépenser à la boutique de cadeaux de l’Assemblée législative.

L’essai de S. Silver postule que la mission gouvernante de l’humanité est de se reproduire, mais que l’Alberta s’est égarée pour poursuivre plutôt des «objectifs égoïstes et hédonistes».

La solution, soutient-elle, est de reconnaître que «les femmes ne sont pas exactement égales aux hommes». La société, écrit-elle, devrait célébrer et embrasser le rôle des femmes de procréer et cesser de les pousser à repousser les premières années de procréation alors qu’elles «s’engagent dans des carrières que les hommes dominent traditionnellement».

Elle soutient que l’idée que l’Alberta puisse retarder la procréation et à la place «importer des étrangers pour nous remplacer (…) est une mentalité maladive qui équivaut à une poussée de suicide culturel».

La porte-parole néo-démocrate Rakhi Pancholi a déclaré que Mme Armstrong-Homeniuk devait expliquer à la population pourquoi précisément ce point de vue n’avait pas été condamné, mais plutôt récompensé.

«Le sexisme, le racisme, la haine — ce n’est pas ce qu’un gouvernement devrait célébrer, mais de plus en plus ces points de vue deviennent acceptables dans ce gouvernement du Parti conservateur uni, et même maintenant salués», a indiqué Mme Pancholi aux journalistes.

Mme Pancholi s’est concentrée sur la référence au «suicide culturel», la comparant à l’Allemagne nazie des années 1930, exhortant les femmes à faire des bébés pour propager la race aryenne. «C’est une affirmation absolument répréhensible. C’est un clin d’œil à la théorie du remplacement raciste qui anime la haine nationaliste blanche», a-t-elle affirmé.

Le concours avait été organisé par le bureau de l’Assemblée législative, qui est dirigé par le président de la Chambre, Nathan Cooper. Le bureau de M. Cooper, dans un communiqué, a déclaré que le concours avait été conçu et administré par Mme Armstrong-Homeniuk, à titre de présidente régionale du groupe des femmes parlementaires du Commonwealth. Il a ajouté que ni le bureau du président ni le bureau de l’Assemblée législative n’étaient impliqués dans la sélection des essais «à quelque titre que ce soit».

«Dès que le contenu du gagnant de la troisième place a été porté à l’attention du président, il a immédiatement pris la décision de supprimer le contenu» sur le site, indique le communiqué.

Trois candidats dans la course pour remplacer le premier ministre Jason Kenney en tant que chef du parti et premier ministre se sont également tournés vers Twitter pour critiquer le prix.

«C’est une honte qu’un essai soutenant que les femmes ne sont pas égales aux hommes ait remporté un prix parrainé par le gouvernement. Les femmes et leurs contributions sont tout aussi précieuses et incroyables, que nous soyons mamans ou non. Je ne peux pas croire que cela doive être dit», a écrit Rebecca Schulz.

Rajan Sawhney a poursuivi: «D’accord, Rebecca. Il en va de même pour les commentaires sur les ‘étrangers’. L’Alberta est la fière patrie de gens du monde entier — de l’Ukraine aux Philippines, et de partout entre les deux.»

Leela Aheer a écrit: «Eh bien, j’ai lu le 1er et le 2e prix. C’était super! Je ne sais pas comment le 3e essai élève les femmes».

Lise Gotell, professeure d’études sur les femmes et le genre à l’Université de l’Alberta, a observé que l’essai perpétue un point de vue essentialiste, sexiste et raciste découlant du concept longtemps discrédité et dépassé selon lequel le rôle des femmes est de se reproduire, comme rempart contre l’immigration.

«Le fait qu’il ait été choisi en dit long sur les points de vue sur les rôles de genre appropriés avancés par ce gouvernement», a souligné Mme Gotell. «Cet essai se lit comme quelque chose qui, franchement, aurait pu être écrit au 19e siècle.»

– Avec les informations d’Angela Amato à Edmonton

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.