L’Alberta suspend une surveillance environnementale sans aviser les T.N.-O.

EDMONTON — L’Alberta a suspendu la surveillance environnementale des compagnies d’exploitation des sables bitumineux sans en aviser les Territoires du Nord-Ouest, malgré un accord juridiquement contraignant à cet effet.

L’omission est révélée dans une série de courriels entre les deux gouvernements obtenus par La Presse Canadienne.

«Nous avons été informés (…) que l’Alberta Energy Regulator a suspendu indéfiniment plusieurs exigences de surveillance environnementale pour les principaux producteurs de sables bitumineux», écrit Erin Kelly, sous-ministre de l’Environnement des Territoires du Nord-Ouest, à son homologue de l’Alberta.

«Avez-vous des informations à partager à ce sujet?»

Le courriel du 15 mai a été rédigé plus d’une semaine après que l’organisme de réglementation de l’Alberta eut suspendu un large éventail de contrôles sur ce qu’il considérait comme des problèmes de santé publique soulevés par la pandémie de COVID-19. Mme Kelly a indiqué que son gouvernement avait été informé de la décision prise par des reportages dans les médias.

Dix jours plus tard, Mme Kelly n’avait pas reçu de réponse.

«Cela inquiète de nombreux résidants des Territoires du Nord-Ouest, qui maintiennent toujours un mode de vie de subsistance», a-t-elle écrit le 25 mai.

«Avec la COVID-19, nous avons encore plus d’habitants qui dépendent de la nourriture récoltée sur la terre, et il est presque certain que les préoccupations liées à la réduction de la surveillance en amont seront soulevées lors de la prochaine session législative.»

La surveillance devrait reprendre mercredi.

Les Territoires du Nord-Ouest sont en aval des sables bitumineux et, en 2015, ils ont signé une entente avec l’Alberta qui énonce clairement les responsabilités en matière de partage d’information, de notification et de consultation pour les eaux transfrontalières.

Laisser un commentaire
Les plus populaires