L’Aluminerie de Bécancour veut recruter d’ici juin 150 nouveaux employés

BÉCANCOUR, Qc — L’Aluminerie de Bécancour (ABI), qui a été éprouvée par un conflit de travail qui a duré un an et demi, lance une campagne visant à recruter plusieurs dizaines de nouveaux employés.

Une journée carrière aura lieu le samedi 8 février pour ajouter d’ici juin prochain 150 membres au personnel de l’aluminerie. Elle se déroulera à l’Auberge Godefroy, à Bécancour en Mauricie, à l’invitation d’une firme oeuvrant en ressources humaines, Bourassa, Bordeur, Bellemare, qui possède des bureaux dans dix villes du Québec, dont Trois-Rivières.

Une multitude de postes différents seront offerts et dans chacun des cas, le lieu de travail sera situé à Bécancour. ABI recherche notamment des opérateurs, des superviseurs, des surintendants, des techniciens, des conseillers en ressources humaines et des hygiénistes industriels.

Le 11 janvier 2018, la direction de l’Aluminerie de Bécancour a mis 1030 employés en lock-out. Ils étaient environ 900 encore actifs au moment de voter sur l’offre patronale finale, à l’été 2019.

Le président du syndicat local des Métallos-FTQ, Clément Masse, avait démissionné après le vote, puisque ses membres n’avaient pas suivi sa recommandation de rejeter cette offre finale.

Ce lock-out exceptionnellement long a entraîné un coût économique et social élevé pour la région de la Mauricie.

 

Les plus populaires