L’ancien lieutenant-gouverneur de l’Ontario David Onley est décédé

TORONTO — David Onley, qui s’est imposé comme un champion des droits des personnes handicapées pendant et après son mandat de 28e lieutenant-gouverneur de l’Ontario, est décédé. Il avait 72 ans.

La lieutenante-gouverneure en fonction Elizabeth Dowdeswell, qui est la successeure de M. Onley dans ce rôle, a publié une déclaration samedi soir annonçant le décès de M. Onley, mais n’a fourni aucun détail sur le moment ou la cause de sa mort. 

Elle a mentionné qu’il laisse dans le deuil sa femme Ruth Ann et ses trois fils.

M. Onley, qui utilisait un scooter motorisé après avoir eu la polio dans son enfance, a été la première personne visiblement handicapée à occuper le rôle de lieutenant-gouverneur lorsqu’il a été nommé à ce poste en 2007.

Mme Dowdeswell a décrit son prédécesseur comme un «ami et collègue précieux». Elle a fait valoir que M. Onley a utilisé son statut de premier lieutenant-gouverneur de la province avec un handicap physique pour sensibiliser et aider à éliminer les obstacles auxquels sont confrontés les autres résidents handicapés.

«Chaque fois que M. Onley entrait dans une pièce, les personnes présentes voyaient au-delà des limites physiques. Ils voyaient une personne qu’ils aimaient et admiraient, a déclaré Mme Dowdeswell dans un communiqué. Ainsi, lorsque sa voix de confiance a défini l’accessibilité comme étant « ce qui permet aux gens de réaliser leur plein potentiel » en leur permettant de participer de façon significative à la vie sociale, culturelle et économique, les Ontariens n’ont pas seulement entendu les mots. Ils ont vu la vérité essentielle dans l’incarnation de la personne qui les a prononcés.»

Mme Dowdeswell a indiqué qu’il travaillait à étendre les programmes d’alphabétisation et d’éducation existants pour les peuples autochtones et qu’il accordait une l’importance aux efforts de réconciliation. Les problèmes d’accessibilité restaient toutefois le «thème principal de son mandat». 

Selon Mme Dowdeswell, ses efforts pour attirer l’attention sur ces questions étaient antérieurs à son passage au gouvernement et pouvaient remonter à ses années de journaliste à la télévision.  

M. Onley a également eu une longue carrière en tant que présentateur de nouvelles télévisées avec un accent sur les reportages scientifiques et technologiques.

«Au début de sa carrière dans les médias, les prises de vue de la caméra se concentraient souvent uniquement sur le haut de son corps, mais M. Onley a insisté pour qu’il soit montré dans son appareil de mobilité, a-t-elle souligné. Il ne se contentait pas de simplement donner l’exemple, il a été un défenseur actif des questions liées au handicap, en particulier dans le domaine de la justification économique d’un meilleur accès à l’emploi pour les personnes handicapées.»

La lieutenante-gouverneure a fait savoir qu’il avait continué à servir de conseiller spécial sur l’accessibilité au sein du gouvernement provincial après avoir quitté ses fonctions.

Mais peut-être que son travail de plaidoyer le plus important a eu lieu en mars 2019 lorsqu’il a terminé un examen indépendant de la loi ontarienne sur l’accessibilité, le premier du genre déposé au Canada.

Le rapport cinglant de M. Onley sur la Loi sur l’accessibilité pour les personnes handicapées de l’Ontario a dressé un portrait sévère de presque tous les aspects de la loi et a conclu que la province était loin de son objectif déclaré d’assurer l’accessibilité universelle d’ici 2025.

Au moment de la publication du rapport, M. Onley avait déclaré à La Presse Canadienne que les résidents handicapés étaient exclus de la pleine inclusion dans la province à presque chaque tournant, comparant certains des obstacles auxquels ils sont confrontés aux lois Jim Crow, abolies depuis longtemps, qui perpétuaient la discrimination raciale aux États-Unis. 

«C’est une question de droits civils, et les personnes handicapées sont quotidiennement victimes de multiples discriminations, avait-il déclaré. Nous n’aimons pas utiliser le mot discrimination parce qu’il est utilisé partout, mais quel autre mot décrit la situation ? C’est de la discrimination.»

Kathleen Wynne, qui a été première ministre de l’Ontario pendant une grande partie du mandat de M. Onley, a partagé ses condoléances sur Twitter.

«Inexprimablement triste d’apprendre que notre monde a perdu David Onley, a-t-elle écrit. Un homme doux, intelligent et compatissant. Beaucoup d’amour pour sa famille et ses amis.»

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.