L’ancien ministre Steven Del Duca est élu chef du Parti libéral de l’Ontario

MISSISSAUGA, Ont. — Les libéraux de l’Ontario ont élu samedi l’ancien ministre Steven Del Duca pour les diriger.

M. Del Duca l’a emporté au premier tour, ayant obtenu l’appui de 59 pour cent des délégués.

Les cendres de cette dernière campagne sont à peine refroidies que voici le nouveau chef désireux à lancer la prochaine étape.

L’objectif est de vaincre l’actuel premier ministre Doug Ford dès les prochaines élections provinciales en 2022, un défi qui sera gigantesque à relever, a reconnu le nouveau chef.

«On doit amasser des millions de dollars, a lancé M. Del Duca aux militants libéraux. On doit trouver des candidats de qualité qui refléteront la grande diversité ontarienne. Plus important, on doit élaborer un programme comportant des idées attrayantes qui inspireront la population, qui la convaincront qu’elle peut encore nous faire confiance pour gouverner, pour nous tenir à ses côtés et nous battre pour elle.»

Ancien député de la circonscription de Vaughan, M. Del Duca a été ministre des Transports dans le précédent gouvernement libéral.

Il succède à l’ancienne première ministre Kathleen Wynne qui avait démissionné à la suite des résultats désastreux de son parti aux élections de 2018. Le nombre de députés libéraux avait fondu comme neige au soleil. Non seulement le Parti libéral avait été relégué au troisième rang, mais il avait même perdu son statut officiel à l’Assemblée législative, n’ayant plus que huit sièges. Sa dette atteint des millions de dollars.

Le travail s’amorcera dès lundi, a déclaré M. Del Duca. Il a toutefois indiqué qu’il n’avait pas l’intention de chercher à obtenir un siège à l’Assemblée législative avant 2022.

«Je ne crois pas que nous avons subi une si retentissante défaite en 2018 parce que nous avions perdu contact avec Queen’s Park. On devra travailler fort et humblement si on veut obtenir de nouveau la confiance des gens de cette province. Je veux continuer de parler avec les Ontariens et de les entendre directement.» 

Au cours de sa campagne, il avait promu divers politiques comme la création d’incitatifs pour encourager l’achat de véhicules électriques et des investissements plus importants pour les infrastructures.

M. Del Duca a été préféré à ses cinq adversaires: les anciens ministres Michael Coteau et Mitzie Hunter, deux anciens fonctionnaires, Kate Graham et Alvin Tedjo, ainsi que l’avocate Brenda Hollingsworth.

Les deux autres principaux partis ontariens n’ont pas tardé à chercher à dénigrer le nouveau chef libéral en le liant au gouvernement Wynne.

«Quand on écoute ce qu’il a dit aujourd’hui, c’est comme s’il renchérissait sur les politiques de Kathleen Wynne, a déclaré le leader du gouvernement à l’Assemblée législative, Paul Calandra. C’est comme s’il n’avait rien appris des élections de 2018.»

Selon le néo-démocrate Taras Natyshak, M. Del Duca s’est montré arrogant comme un libéral.

«Il n’a pas reconnu les erreurs du passé et du présent. Cela indique bien ce que sera son leadership à la tête du Parti libéral.»

Les plus populaires