L’ancien premier ministre de la N.-É John Buchanan meurt à l’âge de 88 ans

HALIFAX — John Buchanan, qui fut premier ministre de la Nouvelle-Écosse de 1978 à 1990, s’est éteint à l’âge de 88 ans.

Le politicien était connu pour son entregent et son charme bon enfant.

Les actuels membres de l’Assemblée législative de la province ont rappelé ces traits de caractère vendredi, après l’annonce de sa mort. Les députés ont observé un moment de silence en mémoire de l’ancien chef de gouvernement.

«Il a été un vrai champion pour la Nouvelle-Écosse», a commenté le premier ministre libéral Stephen McNeil.

C’est l’ancien premier ministre de la province Robert Stanfield qui avait recruté cet avocat. Élu en mai 1967, il a ensuite été ministre des Travaux publics, ministre des Pêches et ministre des Finances. M. Buchanan est devenu chef du Parti progressiste-conservateur de la Nouvelle-Écosse en 1971. Après avoir subi une défaite écrasante aux élections de 1974, il avait pu savourer sa revanche quatre ans plus tard pour devenir le 20e premier ministre de la province à l’âge de 47 ans.

Au lendemain de sa victoire, M. Buchanan et sa femme Mavis s’étaient rendus sur le terre-plein d’une artère importante de Halifax pour saluer les automobilistes du matin et brandir une pancarte sur laquelle on pouvait lire «merci».

Il a souvent été plus populaire que son parti qu’il a conduit à trois autres victoires électorales en 1981, 1984 et 1988.

M. Buchanan a été un ardent partisan de l’exploitation pétrolière extracôtière et il a défendu bec et ongles le projet de la centrale marémotrice à Annapolis Royal, la première du genre en Amérique du Nord.

Mais sa politique financière a souvent fait l’objet de maintes critiques. La dette nette de la province s’est considérablement gonflée. En 1986, son gouvernement a été touché par divers scandales qui ont conduit le ministre de la Culture Billy Joe MacLean et le député Greg MacIsaac devant les tribunaux.

Alors qu’il faisait l’objet d’une enquête de la Gendarmerie royale du Canada pour corruption, il a démissionné de son poste de premier ministre pour être nommé au Sénat par Brian Mulroney, devenant le premier chef d’un gouvernement provincial à quitter son poste pour aller siéger à la chambre haute.

Un an plus tard, la GRC l’a toutefois disculpé des soupçons pesant contre lui.

Les plus populaires