L’ancien professeur qui a tué quatre de ses collègues en 1992 ne sera pas libéré

MONTRÉAL — Un ancien professeur de l’Université Concordia qui avait tué quatre collègues en 1992 s’est vu refuser sa libération conditionnelle.

La Commission des libérations conditionnelles du Canada (CLCC) a rendu une décision mercredi dans le dossier de Valery Fabrikant.

M. Fabrikant, âgé maintenant de 80 ans, faisait face à un licenciement en tant que professeur agrégé de génie mécanique en 1992.

En août de cette année-là, il avait ouvert le feu dans le bâtiment du département d’ingénierie, tuant quatre professeurs et blessant une secrétaire.

Dans sa décision de 10 pages, la CLCC souligne que M. Fabrikant ne se considère pas comme un risque pour la société – une évaluation avec laquelle l’équipe s’occupant de son cas n’était pas d’accord. 

La commission a statué que sa libération représenterait un risque indu pour la société, soulignant qu’après 28 ans derrière les barreaux, M. Fabrikant ne reconnaît toujours pas qu’il s’en est pris à des innocents.

Laisser un commentaire