Langue française: les positions de Guy Nantel détonnent

QUÉBEC — Les positions linguistiques de l’humoriste Guy Nantel risquent de bousculer les militants du Parti québécois (PQ).

Dans un de ses ouvrages, le candidat annoncé à la direction du PQ veut donner à l’anglais un statut de «langue nationale minoritaire» dans un éventuel Québec souverain et veut revoir les règles de l’affichage commercial à Montréal.

En journée, il a toutefois accusé les médias de se «braquer» sur ses propositions en ajoutant qu’il ne voit «pas où se trouve le scandale». Chez les péquistes, les héritiers du parti de René Lévesque, défenseur du français langue officielle et de la loi 101, sa position détonne pourtant.

Un de ses adversaires dans la course à la direction, Paul St-Pierre Plamondon, n’a d’ailleurs pas mis de temps à réagir en la désapprouvant.

«Langue nationale minoritaire»

Dans le livre «Je me souviens… de rien», publié par Groupe Entourage en 2017, M. Nantel dit vouloir donner le statut de «langue nationale minoritaire» à l’anglais, pour garantir aux anglophones des services dans leur langue, dans un pays où la langue officielle restera le français.

Il se dit prêt à revoir la règle de l’affichage commercial en français pour tenir compte du «caractère multiculturel spécifique de Montréal», en autant que le français reste dominant dans une proportion des deux tiers. Il prône aussi l’ajout d’un «symbole anglais» sur le drapeau d’une éventuelle république du Québec.

«Querelles du passé»

«Il est temps de voir les choses en face en admettant que le Québec doit mettre un terme aux querelles du passé, a écrit Guy Nantel. Nous n’avons pas à perpétuer ces affrontements. Au contraire, nous avons le devoir d’y mettre fin une fois pour toutes pour enfin passer à autre chose.»

Il estime que les anglophones ne peuvent pas adhérer au projet d’indépendance pour des raisons culturelles, mais qu’ils peuvent le faire pour des raisons financières.

«S’ils acceptaient de regarder les choses de façon pragmatique, les anglophones du Québec comprendraient sûrement qu’ils subissent les mêmes injustices et les mêmes désavantages que les francophones en ce qui a trait aux politiques fédérales», plaide-t-il.

L’équipe de M. Nantel n’a pas donné suite aux demandes d’entrevue de La Presse canadienne, mais l’humoriste a réagi par l’entremise de sa page Facebook. C’est là qu’il a accusé les médias de se braquer «principalement sur deux propositions».

Il a assuré de son «amour pour la langue française» et a dit que ces mesures étaient «conditionnelles à ce que les marques de commerces soient francisées».

Ne pas s’excuser

Un rival de M. Nantel dans la course, Paul St-Pierre Plamondon, a critiqué ces propositions. Selon lui, M. Nantel n’a pas compris que la défense et la promotion du français est au coeur du projet indépendantiste et il a totalement intégré le bilinguisme ainsi que le multiculturalisme de l’ordre colonial canadien.

«Il propose de s’excuser pour le caractère officiel de la langue française, et donc de l’affaiblir», a dit M. St-Pierre Plamondon en entrevue avec La Presse canadienne vendredi après-midi.

«Lorsqu’on parle de modifier le drapeau québécois, c’est vraiment une façon de ne pas assumer notre différence, une différence culturelle et linguistique qui est déjà fragile. La dernière chose à faire, c’est de s’excuser et ne pas l’assumer.»

Au dire de M. St-Pierre Plamondon, référer à des «querelles du passé» pour des enjeux linguistiques plus actuels que jamais au Québec s’apparente au discours d’un chef libéral qui minimise l’assimilation des francophones pour «amener les gens à jouer à l’autruche».

S’il devenait chef péquiste et premier ministre, son gouvernement n’hésiterait pas à prendre des «mesures musclées» pour promouvoir le français, même si elles ne sont pas consensuelles.

Il estime qu’il faut briser les tabous pour renverser la tendance au recul du français dans la région métropolitaine.

M. St-Pierre Plamondon réduirait notamment le financement des cégeps et universités anglophones qui «anglicisent le Québec». Ainsi, un gouvernement changerait les critères de financement, actuellement en fonction de la clientèle inscrite, pour accorder un financement aux établissements postsecondaires de la minorité anglaise qui correspond à son poids démographique.

Son gouvernement s’assurerait en outre que toutes les communications entre l’État et les entreprises soient uniquement en français. Il en serait de même avec les citoyens, à l’exception de la minorité historique de langue anglaise.

Il assure du même souffle toutefois qu’il entendrait préserver les droits de la minorité anglophone et la soutenir.

Outre M. St-Pierre Plamondon et M. Nantel, le député de Jonquière, Sylvain Gaudreault, et l’historien Frédéric Bastien ont aussi annoncé leur candidature dans cette course à la direction.

Les plus populaires