L’animateur Éric Salvail fait son mea culpa et met sa carrière en veilleuse

MONTRÉAL — L’animateur et producteur Éric Salvail reconnaît que ses agissements ont causé du tort à de nombreuses personnes à qui il présente ses excuses, et il suspend sa carrière pour une durée indéterminée.

Dans un long message publié sur sa page Facebook jeudi après-midi, Éric Salvail fait son mea culpa.

«Je tombe de haut», écrit-il.

Il fait l’objet d’allégations d’inconduite sexuelle par 11 personnes — dont 10 sous le couvert de l’anonymat. Leurs témoignages ont été rapportés mercredi par le quotidien La Presse. La dénonciation des gestes du populaire animateur a causé une onde de choc au Québec.

Éric Salvail a fait savoir jeudi qu’il met sa carrière en veilleuse pour des semaines, peut-être même des mois.

De plus, il se retire des activités de sa maison de production Salvail & Co., en déléguant toutes les responsabilités de gestion à son équipe.

Éric Salvail dit être préoccupé pour les nombreuses personnes qui sont à l’emploi de sa compagnie. Elles ne doivent pas perdre leur emploi car elles ne sont en rien responsables de ce qui s’est passé, explique l’homme de 48 ans dans sa déclaration.

La veille, il avait écrit prendre une pause professionnelle de quelques jours seulement, une déclaration faite alors qu’il était sous le choc et n’avait pas pris la pleine mesure de la situation, de ses comportements problématiques ni des torts qu’il a causés, écrit-il.

«La situation ne commande pas qu’une pause de quelques jours», ajoute-t-il.

«Le constat est brutal: pendant de nombreuses années, dans de nombreuses situations et auprès de plusieurs personnes — bien au-delà de celles qui sont sorties publiquement — mes agissements ont causé du tort.»

S’il a tenu à souligner qu’il est une personne «exubérante, intense, parfois crue, et que son humour généralement consensuel repose souvent sur des malaises», il ne s’agit pas là de «justifications valables».

Il a eu ces mots pour ceux qui ont subi ses comportements «inappropriés», «déplacés» et «irrespectueux».

«Je vous ai offensés. Je vous ai dérangés. Je vous ai blessés. Je le reconnais. Avec humilité et désolation. Je m’en excuse. Sincèrement», écrit-il.

«Ce qui m’est paru drôle et divertissant comme malaises pendant des années, sans offense ou anodin ne l’était pas pour plusieurs personnes qui le recevaient. Ne l’était pas du tout», ajoute-t-il.

Le producteur explique avoir avancé dans la vie «à vitesse grand V» sans trop se poser de questions et que cette omission est une grave erreur.

Il affirme être l’unique responsable «de sa chute». «Je tombe de haut. À l’évidence, je suis l’unique responsable de ce qui se passe.»

Éric Salvail ajoute qu’il a du travail à faire et qu’il va entreprendre une démarche avec des spécialistes pour ne plus avoir ces comportements et aussi pour les comprendre.

Il se dit aussi désolé d’avoir lourdement affecté la confiance et l’affection du public. «Je n’ai pas été à la hauteur», tranche-t-il.

En plus d’être animateur à la radio et la télévision, Éric Salvail est le président et producteur exécutif de Salvail & Co., une maison de production qui développe et produit des émissions comme «Les Échangistes», «MariePier!» et «Coup de foudre».

Son émission de télévision «En mode Salvail» et celle qu’il animait à la radio, «Éric et les Fantastiques», ont été suspendues mercredi.

Dans la même catégorie
2 commentaires
Les commentaires sont fermés.

‘Je m’excuse’ contrevient aux règles de la grammaire et de la politesse. On ne peut pas s’excuser soi-même. De même. on ne dit pas ‘je me pardonne’ à la place de pardonnez-moi.

M. PELOQUIN on a quand même compris que c’est aux victimes qu’il faisait ses excuses!
Il ne s’est pas trouvé d’excuses, à quand même admit avoir des problèmes et ça;pour moi,c’est humble et respectueux envers ses victimes!
Fautes avouées à moitié pardonné comme dit le proverbe!