L’armée conclut la mission de récupération du Cyclone et des corps des victimes

HALIFAX — Les Forces armées canadiennes ont mis fin à une mission ayant l’objectif de récupérer les débris de Stalker 22, l’hélicoptère de type Cyclone qui s’est écrasé sur la côte de la Grèce en avril avec six militaires à bord.

La décision de mettre fin aux efforts a été annoncée mercredi par le contre-amiral des Forces maritimes de l’Atlantique, Craig Baines, qui a souligné que les débris et les dépouilles de certaines des victimes de l’accident ont été récupérés pendant les huit jours de recherche.

Le corps de l’officière Abbigail Cowbrough et les restes du capitaine Brendan Ian MacDonald avaient été retrouvés peu après l’écrasement de l’hélicoptère, qui exécutait des opérations avec le NCSM Fredericton en rentrant d’une mission d’entraînement de l’OTAN le 29 avril lors de l’incident.

Les quatre autres passagers — le capitaine Kevin Hagen, le capitaine Maxime Miron-Morin, l’officier Matthew Pyke et le caporal-chef Matthew Cousins — sont présumés morts.

L’écrasement a provoqué la journée la plus meurtrière au sein des Forces armées canadiennes depuis que six soldats canadiens ont été tués lors d’un bombardement en Afghanistan le jour de Pâques en 2007.

«Même si nous avons récupéré les dépouilles de certaines des victimes, il est important de noter qu’elles n’ont pas été identifiées et nous ne savons pas encore si tout le monde a été retrouvé», a dit M. Baines lors d’une conférence de presse à Halifax.

Les dépouilles récupérées devraient arriver au Canada au cours du week-end et être envoyées à Toronto pour des identifications médico-légales.

M. Baines a également indiqué que les Forces armées canadiennes, avec l’aide d’un drone de l’armée américaine, ont aussi été en mesure de récupérer une partie des débris de l’hélicoptère.

Il a ajouté que l’équipe s’était concentrée sur les débris qui pourraient permettre aux enquêteurs de déterminer la cause de l’écrasement.

Des morceaux moins importants de l’hélicoptère n’ont donc pas été récupérés puisqu’ils ne sont pas jugés clés pour l’enquête et parce qu’ils auraient pu endommager le drone, étant donné que la carcasse se retrouve à 3143 mètres sous l’eau.

«Nous devons noter qu’en raison des défis associés à la récupération à cette profondeur, nous avons pris la décision de récupérer toutes les dépouilles et seulement les pièces d’équipement utiles pour l’enquête», a dit M. Baines.

Il a ajouté qu’il n’y avait pas de plan de récupération du reste de la carcasse.

Ni M. Baines ni le colonel James Hawthorne, commandant de la base d’opération de l’hélicoptère Stalker 22, n’a voulu commenter l’enquête sur la cause de l’écrasement.