L’Armée de l’air tente d’attirer des pilotes de ligne qui ont été mis à pied

OTTAWA — En ces temps de mises à pied massives dans l’aviation civile, l’Armée de l’air canadienne utilise un nouvel argument pour attirer dans ses rangs des pilotes de ligne: la sécurité d’emploi.

Les compagnies aériennes commerciales ont temporairement mis à pied leurs pilotes au cours des dernières semaines, alors que le voyage n’a plus tellement la cote sur fond de pandémie de COVID-19. L’Armée de l’air espère maintenant recruter certains de ces pilotes pour combler sa propre pénurie d’aviateurs expérimentés.

L’Aviation royale canadienne avait déjà tendu la main au cours des dernières années à d’anciens pilotes militaires qui avaient raccroché leur casquette de l’armée de l’air pour se tourner vers les lignes commerciales. L’Armée de l’air voulait ainsi combler plus de 200 postes vacants.

Alors que l’industrie du transport aérien commercial est actuellement en plein désarroi, l’Armée de l’air intensifie ses efforts de maraudage en insistant sur la stabilité d’une carrière dans les Forces.

Le porte-parole de l’Aviation canadienne, le lieutenant-colonel Steve Neta, soutient que les premiers résultats ont été encourageants: ces dernières semaines, 26 anciens pilotes de l’armée se sont renseignés sur un éventuel retour au sein des Forces.

Les plus populaires