L’armée russe aurait complété son retrait de Kherson

MYKOLAÏV, Ukraine — Le ministère russe de la Défense a annoncé vendredi qu’il avait fini de retirer ses troupes de la rive ouest du fleuve qui divise la région de Kherson, dans le sud de l’Ukraine, y compris la seule capitale provinciale que Moscou ait capturée depuis l’invasion du pays voisin.

Dans un communiqué diffusé par les agences de presse d’État russes, le ministère a indiqué que le retrait s’était achevé vendredi à 5 heures du matin et qu’il ne restait pas une seule unité d’équipement militaire. La retraite marque néanmoins un autre énorme revers pour la Russie dans sa guerre de 8 mois et demi en Ukraine.

Le Kremlin est resté provocant vendredi, insistant sur le fait que le développement ne représentait en aucun cas une humiliation pour le président russe Vladimir Poutine. Moscou continue de considérer l’ensemble de la région de Kherson comme faisant partie de la Russie, a déclaré à la presse le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

Il a ajouté que le Kremlin ne regrettait pas d’avoir organisé des festivités il y a un peu plus d’un mois pour célébrer l’annexion illégale de Kherson et de trois autres régions occupées ou partiellement occupées de l’Ukraine.

Peu avant l’annonce russe, le bureau du président ukrainien Volodymyr Zelensky a qualifié la situation dans la région de Kherson de «difficile». Il a fait état de bombardements russes de certains des villages et villes que les forces ukrainiennes ont repris ces dernières semaines lors de leur contre-offensive dans la région de Kherson.

Les responsables ukrainiens se méfiaient du retrait russe annoncé cette semaine, craignant que leurs soldats ne soient entraînés dans une embuscade dans la ville de Kherson, qui comptait 280 000 habitants avant la guerre. Les analystes militaires avaient également prédit qu’il faudrait au moins une semaine à l’armée russe pour achever le retrait des troupes.

Le conseiller présidentiel ukrainien Mykhailo Podolyak a prévenu jeudi que les troupes russes en retraite avaient posé des mines dans tout Kherson pour en faire une «ville de la mort». Il a également prédit qu’ils bombarderaient la ville après avoir déménagé de l’autre côté du Dniepr.

La reconquête de la ville pourrait fournir à l’Ukraine une position solide à partir de laquelle étendre sa contre-offensive du sud à d’autres zones occupées par la Russie, y compris potentiellement la Crimée, dont Moscou s’est emparée en 2014.

Cependant, à partir de ses nouvelles positions sur la rive est, le Kremlin pourrait tenter d’intensifier une guerre qui, selon les évaluations américaines, a peut-être déjà tué ou blessé des dizaines de milliers de civils et des centaines de milliers de soldats.

Une frappe de missile russe S-300 dans la nuit a tué six personnes à Mykolaïv, une ville située à environ 70 kilomètres de la capitale régionale de Kherson, a annoncé vendredi matin le bureau de M. Zelensky. Les équipes de secours ont fouillé les décombres d’un immeuble résidentiel de cinq étages à la recherche de survivants.

M. Zelensky a qualifié la frappe de missile de «réponse cynique de l’État terroriste à nos succès au front».

«La Russie n’abandonne pas ses tactiques ignobles. Et nous n’abandonnerons pas notre combat. Les occupants seront tenus responsables de tous les crimes contre l’Ukraine et les Ukrainiens», a déclaré le président.

Le bureau de M. Zelensky a indiqué que des drones russes, des roquettes et des frappes d’artillerie lourde dans huit régions avaient tué au moins 14 civils entre jeudi matin et vendredi matin.

Dans la région de Dnipropetrovsk, plus de 50 roquettes ont été tirées pendant la nuit autour des villes et villages situés de l’autre côté du fleuve Dniepr depuis la centrale nucléaire de Zaporijjia, selon le gouverneur Valentyn Reznichenko.

L’état du pont clé Antonivskiy, qui relie les rives ouest et est du Dniepr dans la région de Kherson, restait incertain vendredi, et pourrait être essentiel pour déterminer si les Russes ont en fait tous quitté la ville de Kherson.

Les médias russes ont suggéré que le pont avait explosé après le retrait russe; des journalistes pro-Kremlin ont posté des images du pont manquant une grande section. Mais Sergeï Yeliseyev, un responsable installé par les Russes dans la région de Kherson, a déclaré à l’agence de presse Interfax que «le pont Antonivskiy n’a pas explosé, il est dans le même état».

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.