L’armée russe se rapproche de Bakhmout

KYIV, Ukraine — Les soldats russes qui bombardent une ville de l’est de l’Ukraine avec de l’artillerie se rapprochent lentement de leur objectif de s’emparer de Bakhmout, qui demeure entre les mains des Ukrainiens depuis le début de la guerre malgré le désir de Moscou de capturer toute la région du Donbass bordant la Russie.

Alors qu’une grande partie des combats du mois dernier se sont déroulés dans la région de Kherson, dans le sud de l’Ukraine, la bataille qui s’intensifie autour de Bakhmout illustre le besoin du président russe Vladimir Poutine d’obtenir des gains visibles après des semaines de revers nets en Ukraine.

Prendre Bakhmout romprait les lignes d’approvisionnement de l’Ukraine et ouvrirait une voie permettant aux forces russes de se diriger vers Kramatorsk et Sloviansk, les principaux bastions ukrainiens de la province de Donetsk. Les séparatistes pro-Moscou contrôlent une partie de Donetsk et de la province voisine de Lougansk depuis 2014.

Avant d’envahir l’Ukraine, M. Poutine a reconnu l’indépendance des républiques autoproclamées des séparatistes soutenus par la Russie. Le mois dernier, il a illégalement annexé Donetsk, Louhansk et deux autres provinces que les forces russes occupaient ou occupaient en grande partie.

La Russie a pilonné Bakhmout avec des roquettes pendant plus de cinq mois. L’assaut au sol s’est accéléré après que ses troupes aient forcé les Ukrainiens à se retirer de Louhansk en juillet. La ligne de contact se trouve maintenant à la périphérie de la ville. Des mercenaires du groupe Wagner, une obscure compagnie militaire russe, mèneraient la charge.

La campagne prolongée de la Russie pour Bakhmout révèle la «folie» de Moscou, a déclaré le président ukrainien Volodymyr Zelensky dans un discours nocturne à la nation cette semaine.

«Jour après jour, pendant des mois, ils y ont conduit des gens vers la mort, concentrant là-bas la puissance maximale des frappes d’artillerie», a dit M. Zelensky.

Le bombardement a fait au moins trois morts entre mercredi et jeudi, selon les autorités locales.

L’armée ukrainienne tire des mortiers et de l’artillerie lourde pour repousser les forces russes qui se trouvaient à moins de 5 kilomètres tôt jeudi, selon l’Institut pour l’étude de la guerre, un groupe de réflexion à Washington.

La Russie a besoin d’une victoire à Bakhmout étant donné qu’elle perd le contrôle de vastes étendues de la région nord-est de Kharkiv à cause d’une contre-offensive ukrainienne le mois dernier et de sa position qui se détériore à Kherson. Les zones ont été parmi les premières capturées par l’armée russe après l’invasion de l’Ukraine le 24 février.

«La Russie subit des défaites à tous les niveaux. Elle a besoin de l’optique d’une sorte de victoire offensive pour apaiser les critiques et pour montrer au public russe que cette guerre est toujours planifiée», a expliqué Samuel Ramani, chercheur associé au Royal United Services Institute, un groupe de réflexion sur la défense et la sécurité basé à Londres.

Le groupe Wagner a joué un rôle de premier plan dans la guerre et les organisations de défense des droits de la personne ont accusé ses mercenaires d’avoir commis des atrocités. Leur déploiement autour de Bakhmout reflète l’importance stratégique de la ville pour Moscou. Cependant, on ne sait pas si les mercenaires ont réalisé de nombreux gains tangibles, selon M. Ramani.

«Nous assistons à une situation où le groupe Wagner est assez efficace pour semer la terreur parmi les résidents locaux, mais beaucoup moins efficace pour capturer et conserver un territoire», a-t-il déclaré. Au mieux, ils gagnent un kilomètre par semaine vers Bakhmout, a-t-il estimé.

Alors qu’ils étaient dans la ville cette semaine, des journalistes de l’Associated Press ont vu des voitures incendiées, des bâtiments détruits et des personnes luttant pour survivre dans une cacophonie de bombardements constants. Bakhmout est sans électricité ni eau depuis un mois, et les habitants s’inquiètent du chauffage de leur maison à mesure que les températures chutent.

Peu de magasins sont ouverts. L’AP a vu des gens utiliser du bois de chauffage pour cuisiner dans les rues et puiser de l’eau dans des puits.

Bakhmout avait une population d’environ 73 000 personnes avant la guerre, mais environ 90 % ont quitté la ville, selon Pavlo Kyrylenko, le gouverneur ukrainien de la région de Donetsk.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.