L’armée s’excuse pour une fausse alerte aux loups en Nouvelle-Écosse

HALIFAX — Les Forces armées canadiennes ont présenté des excuses après que certains résidents du comté de Kings, en Nouvelle-Écosse, ont reçu une fausse lettre d’avertissement concernant la présence de loups dans la région.

La lettre, datée du 19 septembre, indiquait qu’une meute de huit loups gris avait été relâchée dans le nord de la Nouvelle-Écosse en août pour réintroduire l’espèce dans l’écosystème.

Écrite sur ce qui ressemblait à du papier à en-tête du ministère provincial des Terres et des Forêts, et signée par une personne identifiée comme un «biologiste des grands mammifères», la lettre conseillait à quiconque rencontrant un loup de «reculer lentement tout en restant calme» et de «ne pas faire demi-tour et courir».

Le lieutenant Lance Wade, officier des affaires publiques du 36e Groupe-brigade du Canada, a reconnu mardi en entrevue que la lettre provenait d’une séance d’entraînement de la réserve de l’armée au camp Aldershot, près de Kentville, en Nouvelle-Écosse.

«Nous sommes sincèrement désolés», a déclaré M. Wade. «Nous regrettons profondément tout inconvénient que nous avons causé au public et au ministère des Terres et des Forêts.»

Il a indiqué qu’il ne savait pas pourquoi la formation des réservistes exigeait cette fausse note ni comment elle était arrivée dans les boîtes des résidents des environs. Une enquête est en cours, a-t-il précisé.

«Une fois que nous aurons tous les faits, nous serons heureux de vous expliquer un peu plus pourquoi cela a été fait.»

La lettre avait l’apparence d’un avis officiel du gouvernement néo-écossais, mais dans une publication sur Twitter la semaine dernière, le ministère des Terres et des Forêts a confirmé qu’il s’agissait d’une fausse alerte et a souligné que le gouvernement n’avait relâché aucun loup dans la nature.

«Cette lettre est apparue dans certaines boîtes aux lettres», affirmait le tweet. «C’est faux. Nous ne savons pas qui l’a fait circuler ni pourquoi.» Le ministère des Terres et des Forêts n’a fait aucun autre commentaire sur l’incident mardi.

Selon le parc faunique provincial de Shubenacadie, il n’y a plus de loups gris en Nouvelle-Écosse, mais on en trouve encore dans d’autres régions du Canada grâce aux efforts de conservation.

Laisser un commentaire
Les plus populaires