L’ASFC fouillait un peu trop les appareils électroniques des voyageurs

OTTAWA — Le commissaire à la protection de la vie privée du Canada estime que l’Agence des services frontaliers a violé la loi fédérale en effectuant des recherches trop invasives dans les appareils numériques de voyageurs.

Le commissaire Daniel Therrien a examiné des plaintes formulées contre l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) concernant la «fouille» de téléphones cellulaires, de tablettes électroniques et d’ordinateurs portables. Dans un de ces cas, les agents avaient consulté les médias sociaux d’un voyageur et ses informations bancaires en ligne.

Le commissaire à la protection de la vie privée conclut que l’Agence a effectivement violé la loi fédérale. Il signale d’importantes lacunes dans les pratiques générales de l’ASFC pour ce qui concerne les appareils électroniques.

M. Therrien formule certaines recommandations à l’agence et réclame une réforme du cadre juridique qui régit la fouille d’appareils électroniques à la frontière.

L’Agence des services frontaliers du Canada a accepté d’apporter plusieurs changements à ses politiques afin de mieux respecter la vie privée des voyageurs.

Les constatations du commissaire à la protection de la vie privée figurent dans son plus récent rapport annuel, qui vient d’être déposé au Parlement.