Un homme arrêté pour l’enlèvement du président de Cora en mars 2017 à Mirabel

MONTRÉAL — Le président de la chaîne de petits-déjeuners Cora a exprimé mardi son soulagement d’apprendre que la Sûreté du Québec avait procédé à l’arrestation d’un homme relativement à son enlèvement il y a un an et demi.

La Sûreté du Québec (SQ) a précisé que Paul Zaidan, âgé de 49 ans, qui faisait l’objet d’un mandat d’arrestation, avait été arrêté tôt mardi matin à sa résidence de Laval, relativement à l’enlèvement et la séquestration l’an dernier de l’homme d’affaires Nicholas Tsouflidis. Le porte-parole de la SQ Stéphane Tremblay a ajouté que l’enquête se poursuit et que d’autres personnes pourraient être arrêtées dans cette affaire.

Nicholas Tsouflidis, fils benjamin de Cora Mussely Tsouflidou, fondatrice de la chaîne de restaurants de petits-déjeuners Cora, avait été enlevé à la pointe d’une arme à feu, en fin de soirée, dans sa résidence de Mirabel, au début du mois de mars 2017. M. Tsouflidis, qui avait 44 ans à l’époque, a été retrouvé environ huit heures plus tard ligoté dans un fossé, par un passant, dans le quartier Sainte-Dorothée, à Laval.

«La dernière année a été éprouvante, écrit M. Tsouflidis dans un communiqué publié par l’entreprise. Aujourd’hui, je suis soulagé d’apprendre l’arrestation d’un suspect. En ce qui me concerne, il semble s’agir d’un cas unique et isolé. Chez Cora, c’est tolérance zéro en ce qui concerne la violence. Je suis donc persuadé que tous nos employés et nos franchisés, qui sont au coeur de notre réussite, se joignent à moi pour condamner le geste qui a été commis.»

Le sergent Tremblay a précisé que Paul Zaidan était «le principal suspect dans cette affaire», et que l’enquête s’étendait sur plusieurs mois. La SQ n’a pas encore déterminé de façon certaine le mobile de l’enlèvement, a indiqué M. Tremblay. La police avait précédemment suggéré que selon l’enquête, M. Tsouflidis aurait été enlevé dans le but d’obtenir une rançon, et que l’enlèvement n’était pas lié au crime organisé.

Dans son communiqué, M. Tsouflidis dit faire confiance au processus judiciaire, «qui saura faire la lumière» sur le mobile de ce crime. Il salue par ailleurs le travail de la SQ et du Service de police de Mirabel.

Sa mère, Cora Mussely Tsouflidou, a ouvert son premier restaurant de petits-déjeuners en mai 1987 dans l’arrondissement de Saint-Laurent, à Montréal, en reprenant un ancien casse-croûte. Trente ans plus tard, la chaîne Cora compte 130 restaurants au Canada, dont plus de 50 au Québec. Nicholas Tsouflidis est devenu président de l’entreprise en 2008, après avoir occupé de nombreux postes au sein de la société.

En raison des procédures judiciaires à venir, l’entreprise Cora précise que Nicolas Tsouflidis n’accordera aucune entrevue sur cette affaire.

Les plus populaires