L’Aviation royale songe à installer une station de ravitaillement sur l’île de Sable

HALIFAX — Un autre chapitre de la longue histoire de l’île de Sable en matière de services de sauvetage pour les gens de mer en difficulté est peut-être sur le point de commencer.

L’Aviation royale canadienne indique qu’elle évalue la possibilité d’installer une réserve de carburant pour ses hélicoptères de recherche et de sauvetage Cormorant près des aires d’atterrissage existantes sur l’île, située à environ 290 kilomètres au sud-est de Halifax.

Le major Trevor Reid a déclaré dans un courriel cette semaine que les militaires travailleront dans les «mois à venir» avec Parcs Canada pour examiner la proposition.

M. Reid a indiqué que les hélicoptères CH-149 avaient utilisé des plateformes de production de gaz naturel au large de l’île de Sable pour atterrir et faire le plein pendant les missions, mais ces zones d’atterrissage sont fermées depuis l’année dernière.

La Réserve de parc national de l’Île-de-Sable est réputée pour être une île sauvage et balayée par le vent où les chevaux se promènent librement et où de grandes colonies de phoques gris vivent sur les plages.

Le site web du parc indique que la région se trouve sur la route migratoire de plus de 350 espèces d’oiseaux, et qu’elle est le lieu de reproduction de 16 espèces au printemps et en été.

L’île a également une histoire d’hébergement de services de sauvetage, avec la première station de sauvetage établie là-bas en 1801 pour aider les bateaux naufragés. En 1959, toutes les stations étaient fermées étant donné l’amélioration au fil du temps des technologies de navigation.

Danielle Hickey, porte-parole de Parcs Canada, a indiqué qu’il y avait actuellement deux plateformes d’atterrissage d’hélicoptères en béton sur l’île, construites en 1968 et 1984, mais l’accès à l’une d’entre elles est suspendu de mai à août afin de protéger les sites de nidification des colonies de sternes dans la région immédiate.

La porte-parole a précisé qu’au cours des dernières années, les hélicoptères qui ont accédé à l’île comprenaient le Bell-412 et le Bell-429 de la Garde côtière canadienne pour le transport des chercheurs du ministère fédéral des Pêches, et à certaines occasions les Cormorant pour la formation en recherche et sauvetage, ainsi que le Sikorsky S76 de Vision Air pour les opérations de Parcs Canada et les visiteurs.

«Cette initiative est actuellement au stade de l’idée et du concept; par conséquent, la taille potentielle d’un lieu de ravitaillement ne peut pas être déterminée tant qu’une visite du site et une analyse ultérieure des informations recueillies ne sont pas terminées», a-t-elle écrit dans un courriel vendredi.

Actuellement, Parcs Canada conserve environ 24 barils de carburant à utiliser en cas d’urgence et occasionnellement pour le ravitaillement de la Garde côtière ou des hélicoptères Vision Air, a-t-elle indiqué. Il existe un système de ravitaillement d’hélicoptères sur l’île, qui a été installé au début des années 2000, mais il n’est plus opérationnel, a déclaré Mme Hickey.

Elle a souligné qu’avant un atterrissage, les sites sont inspectés pour s’assurer qu’il n’y a pas d’animaux sauvages dans le secteur.

M. Reid a déclaré qu’il était trop tôt pour indiquer le nombre de vols ou la taille de la réserve de carburant dont auraient besoin les hélicoptères Cormorant de 22 mètres de long, qui ont cinq membres d’équipage et jusqu’à 15 passagers.

«La possibilité de ravitailler des hélicoptères dans la Réserve de parc national de l’Île-de-Sable augmenterait les capacités de sauvetage en élargissant considérablement la gamme actuelle des services de recherche et de sauvetage de l’ARC dans l’océan Atlantique environnant», a-t-il écrit.

Laisser un commentaire