L’avocat pour Raif Badawi écrit à l’ONU, craignant pour la vie du blogueur

L’avocat pour Raif Badawi dit craindre pour la vie du blogueur saoudien et de son ancien avocat, tous deux en grève de la faim en détention en Arabie saoudite, et appelle à une intervention urgente de la rapporteuse spéciale des Nations unies.

Me Irwin Cotler, du Centre Raoul Wallenberg pour les droits de la personne, a écrit une lettre datée de mercredi à Fionnuala Ni Aolain, rapporteuse spéciale des Nations unies sur la promotion et la protection des droits de l’homme et des libertés fondamentales dans la lutte antiterroriste.

Dans cette lettre obtenue par La Presse canadienne, et qui doit être rendue publique jeudi, M. Cotler dit lui écrire au nom de Raif Badawi et de Waleed Abou al-Khair pour demander qu’elle-même et l’ONU interviennent d’urgence.

À la lumière de leur grève de la faim qui se prolonge et de leur récente hospitalisation, l’avocat soutient que les deux hommes font désormais face à des situations laissant craindre pour leur vie.

M. Cotler rappelle que MM. Badawi et Abou al-Khair nécessitent déjà en temps normal des soins réguliers, pour de l’hypertension dans le cas du blogueur et pour le diabète de type 2 et un état chronique du côlon pour l’avocat.

M. Cotler est sans nouvelles des deux hommes depuis leur transfert d’urgence à l’hôpital samedi dernier.

Le blogueur saoudien et son ancien avocat sont tous deux emprisonnés depuis des années. Ils ont entamé une grève de la faim en décembre dernier pour protester contre leur mise en isolement et les mauvais traitements dont ils sont victimes à la prison de Dhahban, près de Djeddah en Arabie Saoudite.

M. Cotler rappelle que les deux hommes sont derrière les barreaux pour avoir fait la promotion de la liberté d’expression et de la défense des droits de la personne en Arabie Saoudite.

Raif Badawi a été condamné à 10 ans de prison, 1000 coups de fouet, un interdit d’activité journalistique et de voyage pour 10 ans et une amende de trois millions de riyals, soit environ l’équivalent de 1,05 million $ CAN, pour avoir créé un forum en ligne afin de discuter de questions sociales en Arabie Saoudite.

Son avocat Waleed Abulkhair a été condamné, lui, à 15 ans de bagne, un interdit de voyage de 15 ans et une amende de 200 000 riyals, soit environ 70 261 $ CAN, une peine qui viendra à terme en 2044. Il a été emprisonné pour ses déclarations dénonçant les peines sévères imposées à ses concitoyens, dont son client Raif Badawi.

Raif Badawi n’en est pas à sa première grève de la faim, lui qui en avait mené une autre en septembre dernier, jusqu’à ce qu’il obtienne une rencontre avec un représentant de la Commission saoudienne des droits de l’homme.

Les plus populaires