Le Big Mac est de retour: McDo rouvrira en Ukraine

CHICAGO — Le mastodonte mondial de la restauration rapide McDonald’s rouvrira certains de ses établissements en Ukraine au cours des prochains mois, le symbole d’un retour à une certaine normalité dans ce pays déchiré par la guerre et un geste de solidarité du géant américain qui s’est retiré de Russie.

McDonald’s avait fermé ses restaurants ukrainiens après l’invasion russe il y a près de six mois, mais continuait de payer ses quelque 10 000 employés dans le pays.

La chaîne a annoncé jeudi qu’elle commencera à rouvrir graduellement certains restaurants de la capitale, Kyiv, et dans l’ouest de l’Ukraine, là où d’autres entreprises font des affaires loin des combats. Des compagnies occidentales comme Nike et PFK, et le détaillant espagnol de vêtements Mango, sont toujours ouvertes à Kyiv.

«Nous avons eu de longues conversations avec nos employés qui ont exprimé une forte volonté de revenir au travail et de rouvrir nos restaurants en Ukraine, a dit dans un message aux employés Paul Pomroy, le vice-président responsable des marchés internationaux chez McDonald’s. Au cours des derniers mois, le sentiment que cela contribuerait à un modeste, mais important, sentiment de normalité s’est renforcé.»

L’économie ukrainienne a été sérieusement malmenée par le conflit et la relance, même partielle, des entreprises serait utile. Le Fonds monétaire international prévoit que l’économie ukrainienne fondra de 35 % cette année.

McDonald’s compte 109 restaurants en Ukraine, mais n’a pas précisé combien rouvriront leurs portes, à quel moment cela se produira et lesquels le feront en premier. La compagnie s’affairera au cours des prochains mois à travailler avec ses fournisseurs pour réalimenter les restaurants, à préparer les établissements, à rappeler les employés et à mettre en place les procédures de sécurité nécessaires.

McDonald’s a fermé des centaines de restaurants en Russie en mars, ce qui lui coûte 55 millions $ US par mois. C’était la première fois que la compagnie se retirait d’un marché aussi important.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.

De quoi se réjouir (le plus) : que le Big Mac soit de retour en Ukraine ou qu’armes et argent vont y affluer de plus belle arrivant d’Occident ?

Ah, le Big Mac semble ‘meilleur’… Car… vous dirai-je, moi fais déjà indigestion de cette guerre.

Pourtant… M’étais-je abonné à la lettre quotidienne du président d’Ukraine, il y a une couple de mois. Dont apparaît parfaitement impossible, maintenant, de se désinscrire. Quoiqu’il y soit bien dit, à chaque envoi quotidien, qu’on peut « unsubscribe » en tout temps. Or, non. J’ai essayé et r’essayé. Dix jours d’affilée… Pas moyen de se « débarrasser » de cela (pour employer un terme priministériel).

La guerre, plus d’armes, plus d’armes, plus d’armes encore; pour plus de guerre encore et encore et encore; pas mon « truc ». J’ai « démissionné ». Rien à faire, semble-t-il. La paix n’intéresse pas. Et les martyrisé.e.s, massacré.e.s, carnagé.e.s, séparé.e.s de leurs familles, dépouillé.e.s, exilé.e.s de force, par millions, n’«intéressent» déjà plus. On n’en a qu’pour la guerre. « ‘Révélation’-‘Trouvaille’ » du XXIe siècle, dirait-on.

C’qu’ai-je recommencé à faire par contre, c’est colliger des « Images d’Ukraine » actuelles. Par centaines. Et archiver cela. On y voit et y revoit sans cesse tout à la fois l’Insensé, l’Imbécilité de la chose, accompagnées d’atrocités, cruautés, férocités des pulsions de destruction.

Haut-le-coeur assuré.
Comme pour faire changement…, de quoi parle-t-on, de quoi entend-on parler, chez nous, à Montréal? Meurtres, fusillades… Ah, y a-t-il aussi covidixneuf, bien sûr, dont tous indicateurs étaient extraordinairement prometteurs semaine passée, mais pour quoi les hospitalisations n’en seraient pas moins reparties à la hausse hier…

Pas grave, ‘va y avoir élections d’ici deux mois? Toutt’ va être réglé. Promis.

Répondre