Le blé ukrainien toujours bloqué dans les ports de la mer Noire

KYIV, Ukraine — Les compagnies maritimes ne se précipitent pas pour exporter des millions de tonnes de céréales piégées en Ukraine, malgré un accord pour ouvrir des couloirs sûrs en mer Noire. En effet, des mines explosives dérivent dans les eaux, les armateurs évaluent les risques et beaucoup se demandent encore comment l’accord se déroulera.

Les complexités de l’accord ont déclenché un démarrage lent et prudent, mais il n’est valable que pour 120 jours ― et le compte à rebours a commencé la semaine dernière.

L’objectif au cours des quatre prochains mois est d’extraire quelque 20 millions de tonnes de céréales de trois ports maritimes ukrainiens bloqués depuis l’invasion russe du 24 février. Cela donne le temps à environ quatre à cinq gros vraquiers par jour de transporter des céréales depuis les ports vers des millions de personnes pauvres dans le monde qui souffrent de la faim.

Cela laisse également suffisamment de temps pour que les choses tournent mal. Quelques heures seulement après la signature vendredi, des missiles russes ont frappé le port ukrainien d’Odessa, l’un de ceux inclus dans l’accord.

Un autre élément clé de l’accord offre l’assurance que les navires et les assureurs transportant des céréales et des engrais russes ne seront pas pris dans le filet plus large des sanctions occidentales. Mais l’accord négocié par la Turquie et l’ONU se heurte à la réalité de la difficulté et du risque que le pacte sera à mettre en œuvre.

«Nous devons travailler très dur pour comprendre maintenant dans le détail comment cela va fonctionner pratiquement», a dit Guy Platten, le secrétaire général de la Chambre internationale de la marine marchande, qui dit représenter les associations nationales d’armateurs, soit environ 80% de la flotte marchande mondiale.

«Pouvons-nous assurer et garantir la sécurité des équipages? Que va-t-il se passer avec les mines et les champs de mines également? Donc beaucoup d’incertitude et d’inconnu pour le moment», a-t-il ajouté.

L’acheminement du blé et d’autres aliments est essentiel pour les agriculteurs ukrainiens, qui manquent de capacité de stockage alors qu’ils récoltent leurs champs. Ces céréales sont vitales pour des millions de personnes en Afrique et dans certaines parties du Moyen-Orient et de l’Asie du Sud, qui sont déjà confrontées à des pénuries alimentaires et, dans certains cas, à la famine.

L’Ukraine et la Russie sont les principaux fournisseurs mondiaux de blé, d’orge, de maïs et d’huile de tournesol. Mais des combats dans la région de la mer Noire, connue comme le «grenier du monde», font grimper les prix alimentaires, menacent la stabilité politique dans les pays en développement et conduisent les pays à interdire certaines exportations alimentaires, aggravant la crise.

L’accord stipule que la Russie et l’Ukraine fourniront des «assurances maximales» aux navires qui bravent le voyage à travers la mer Noire vers les ports ukrainiens d’Odessa, de Tchernomorsk et de Yuzhny.

«Le principal risque auquel nous sommes confrontés sera évidemment les mines», a expliqué Munro Anderson, le responsable du renseignement et associé fondateur de Dryad. La société de conseil en sécurité maritime travaille avec des assureurs et des courtiers pour évaluer les risques auxquels les navires pourraient être confrontés le long de la route alors que les mines marines posées par l’Ukraine pour dissuader la Russie dérivent.

Les armateurs, les affréteurs et les compagnies d’assurance cherchent à comprendre comment l’entente se déroulera en temps réel.

«Je pense que cela dépendra de la position des assureurs maritimes qui fournissent le risque de guerre et du montant qu’ils vont ajouter en frais supplémentaires pour que les navires se rendent dans cette zone», a expliqué Michelle Wiese Bockmann, qui est analyste de l’expédition et des marchandises chez Lloyd’s List, une publication mondiale d’actualités maritimes.

Mme Bockmann a ajouté que les navires transportant ce type de charge ont généralement entre 20 et 25 marins à bord.

«Vous ne pouvez pas risquer ces vies sans quelque chose de concret et d’acceptable pour les armateurs et leurs affréteurs pour transporter du grain», a-t-elle dit.

Les assureurs maritimes contactés par l’Associated Press ont refusé de dire s’ils fourniraient une couverture pour ces navires.

Les responsables ukrainiens ont exprimé l’espoir que les exportations pourraient reprendre à partir de l’un des ports dans quelques jours, mais ils ont également prévenu que cela pourrait prendre deux semaines pour que les trois ports redeviennent opérationnels.

La guerre a fait des ravages sur le commerce mondial, bloquant plus de 100 navires dans les nombreux ports ukrainiens.

Depuis le début de la guerre fin février, 22 vraquiers et cargos ont été bloqués dans les trois ports inclus dans l’accord d’exportation, selon les données de Lloyd’s List Intelligence. Environ 13 sont amarrés à Chornomorsk, six à Odessa et trois à Yuzhny.

Certains de ces navires pourraient encore avoir des équipages à bord qui pourraient être mobilisés pour commencer à exporter des céréales.

Les négociants ukrainiens ont pu envoyer du grain par le Danube, ce qui a contribué à porter les exportations à environ 1,5 million de tonnes en mai et jusqu’à environ 2 millions de tonnes en juin, bien que cela représente encore moins de la moitié des expéditions mensuelles de céréales de 4 à 5 millions tonnes d’avant la guerre, selon Svetlana Malysh, analyste des marchés agricoles de la mer Noire chez Refinitiv.

Au cours de la campagne de commercialisation 2021-2022, la Russie a exporté environ 30 millions de tonnes de blé, selon les flux commerciaux de Refinitiv. Il s’agit du niveau le plus bas depuis 2017, en partie à cause de l’effet dissuasif des sanctions. Les exportations russes d’engrais ont également connu une baisse de 25 % au premier trimestre de l’année par rapport à la même période l’an dernier, en partie à cause des sanctions occidentales, a dit Mme Malysh.

Pour les navires se dirigeant vers les trois ports ukrainiens, de plus petits bateaux-pilotes ukrainiens guideront les navires à travers les couloirs approuvés. L’ensemble de l’opération, y compris la programmation des navires le long de la route, sera supervisé par un centre de coordination conjoint à Istanbul composé de responsables ukrainiens, russes, turcs et des Nations Unies.

Une fois que les navires auront atteint le port, ils seront chargés de dizaines de milliers de tonnes de céréales avant de repartir vers le détroit du Bosphore, où des représentants de l’Ukraine, de la Russie, de l’ONU et de la Turquie monteront à bord des navires pour les inspecter à la recherche d’armes. Il y aura probablement aussi des inspections pour les navires embarquant pour l’Ukraine.

«L’équilibre des pouvoirs sur cet accord repose toujours sur la Russie», a déclaré M. Anderson, de Dryad. Tous les ports ukrainiens en dehors de l’accord font face à un risque accru d’attaque, a-t-il déclaré.

«Je pense que ce que la Russie veut (…) c’est être considérée comme l’État qui contrôle le récit au sein de la mer Noire», a-t-il ajouté.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.