Le Bloc n’est pas à la solde de la CAQ, soutient Pascal Bérubé

SHERBROOKE, Qc — Le Bloc québécois (BQ) n’est pas à la solde du gouvernement caquiste.

C’est la mise en garde qu’a lancée mercredi soir le chef intérimaire péquiste Pascal Bérubé à l’attention du premier ministre François Legault.

Le Bloc, qui s’est toujours targué de défendre les consensus québécois, se trouve en porte-à-faux par rapport à la position actuelle du gouvernement caquiste sur l’Accord de commerce Canada-États-Unis-Mexique (ACEUM).

M. Legault a enjoint le parti fédéral souverainiste à voter en faveur de l’ACEUM, actuellement débattu aux Communes.

Or le Bloc s’oppose à l’entente dans sa forme actuelle parce qu’elle ne protégerait pas suffisamment l’industrie québécoise de l’aluminium contre les importations chinoises, contrairement à l’industrie de l’acier.

M. Legault plaide que l’entente doit être ratifiée rapidement et qu’on ne perd rien par rapport à la situation précédente.

Dans une mêlée de presse mercredi soir à Sherbrooke, le chef intérimaire péquiste Pascal Bérubé s’est porté à la défense de la position du chef bloquiste Yves-François Blanchet.

«M. Blanchet n’est pas au service de M. Legault, il ne doit rien à M. Legault (…), il n’est pas à la solde de la CAQ», a-t-il déclaré, en se disant «totalement solidaire» du Bloc. M. Bérubé a même laissé entendre que des élus caquistes pourraient être en désaccord avec la position de François Legault.

«M. Legault peut émettre une opinion, elle en vaut bien d’autres. (…) Allez poser la question aux députés de la CAQ, dans les comtés où il y a l’industrie de l’aluminium, s’ils sont à l’aise avec la position de leur gouvernement.»

M. Bérubé a dit que l’ACEUM était globalement un bon accord, mais qu’il devait être amélioré concernant l’aluminium et l’agriculture.

Il a dit se réjouir que le Bloc «pose les bonnes questions», même s’il ne peut bloquer l’entente en Chambre.

En vertu de l’ACEUM, l’aluminium est considéré comme étant nord-américain à condition qu’il ait subi une transformation, même mineure, dans l’un des trois pays signataires. Ceci permet au Mexique d’acheter à moindre coût de l’aluminium chinois, par exemple, qui, ensuite, est utilisé dans la construction automobile comme aluminium nord-américain.

Une étude commandée par les élus municipaux et les syndicats des alumineries calcule en milliards de dollars les pertes potentielles pour le secteur québécois de l’aluminium si cette brèche dans l’ACEUM n’est pas colmatée.

Les plus populaires