Le blogueur saoudien Raïf Badawi reçoit un prix de journalisme à Los Angeles

MONTRÉAL — Le blogueur saoudien Raïf Badawi, qui croupit depuis plus de cinq ans dans une prison de l’Arabie saoudite pour avoir «insulté l’islam», sera récompensé par un organisme journalistique de Los Angeles.

Raïf Badawi recevra le prix Daniel Pearl for the Courage and Integrity in Journalism, qui est remis par le Los Angeles Press Club à des journalistes «courageux» dans le monde.

La femme et les trois enfants du blogueur, qui sont réfugiés à Sherbrooke depuis plusieurs années, iront cueillir le prix en son nom, le 24 juin, à Los Angeles.

Chris Palmeri, président du Los Angeles Press Club, a souligné dans un communiqué diffusé lundi que les États-Unis devaient «être vigilants, même avec leurs alliés, pour s’assurer que les emprisonnements et la torture ne soient pas utilisés pour étouffer les discours publics et le mécontentement».

M. Palmeri a ajouté que son organisation remettait cette distinction «pour demander la libération immédiate» de M. Badawi.

Le Los Angeles Press Club dit avoir envoyé une lettre au prince saoudien Mohammed ben Salmane à cette fin, et espère «qu’il poussera ses réformes plus loin pour montrer au monde que l’Arabie saoudite contemporaine croit en la liberté d’expression de tous ses citoyens».

Le prix tient son nom du journaliste américain Daniel Pearl, qui avait été kidnappé et assassiné par des terroristes au Pakistan en 2002. Parmi ses récipiendaires, on compte notamment la défunte journaliste russe Anna Politkovskaïa, le journal satirique français «Charlie Hebdo» et le journaliste irano-américain Jason Rezaian, qui avait été emprisonné pendant de longs mois en Iran.

Depuis son emprisonnement en 2012, Raïf Badawi a reçu plusieurs reconnaissances, dont le prestigieux prix Sakharov pour la liberté de l’esprit en 2015.