Le BQ dénonce l’approbation ministérielle à la transaction Air Canada-Transat A.T.

MONTRÉAL — Le Bloc québécois (BQ) et le principal dirigeant du transporteur aérien WestJet émettent chacun de leur côté des commentaires défavorables à la décision du ministre des Transports, Omar Alghabra, d’approuver la vente de Transat A.T. à Air Canada. 

Jeudi, le ministre a soutenu que l’acquisition proposée apportera une plus grande stabilité dans le marché canadien du transport aérien et a rappelé qu’elle sera assortie de modalités strictes qui favoriseront la concurrence internationale et la connectivité, et protégeront les emplois.   

Le porte parole du Bloc Québécois en matière de Transports, d’Infrastructure et des Collectivités, Xavier Barsalou Duval, affirme qu’en ignorant l’offre rivale à celle d’Air Canada, le ministre Alghabra a agi comme s’il n’y avait pas d’autre acquéreur pour Air Transat, sacrifiant à la fois la concurrence et un fleuron québécois.  

L’homme d’affaires Pierre Karl Péladeau a soumis à titre personnel, juste avant la période des Fêtes, une proposition non sollicitée de 5 $ par action.   

Le député de Pierre-Boucher-Les Patriotes Verchères signale qu’il y aura encore un secteur aérien après la pandémie de COVID-19. Il précise que si la crise sanitaire est temporaire, la disparition d’Air Transat, elle, sera permanente.   

Il reproche aussi au gouvernement du Canada d’avoir fait preuve depuis un an d’une inaction totale qui a exacerbé les difficultés financières des transporteurs aériens et d’avoir laissé Air Canada acheter Air Transat pour une bouchée de pain.  

Pour sa part, Ed Sims, président-directeur général de WestJet, écrit dans un communiqué que l’aval à la transaction donné par le gouvernement témoigne d’un mépris flagrant pour tous les Canadiens qui croient en une saine concurrence. Il prévoit qu’après la crise de la COVID-19, les Canadiens devront faire face à moins de choix et à des tarifs plus élevés pour se déplacer par avion.  

Il est difficile pour le président-directeur général de WestJet d’imaginer une entente aussi anticoncurrentielle.   

Xavier Barsalou Duval signale, pour sa part, qu’une offre d’achat a aussi été déposée pour le transporteur Sunwing et selon lui, elle a été vraisemblablement faite par WestJet.   

Le député bloquiste conclut que si cette transaction hypothétique devait se réaliser, le Canada passerait de quatre transporteurs à un duopole qui détiendrait 95 % des parts de marché vers les destinations soleil, avec la conséquence inévitable pour les consommateurs de prix plus élevés.  

Xavier Barsalou Duval se demande comment le ministre Alghabra pourrait refuser l’achat de Sunwing par WestJet après avoir autorisé la vente de Transat A.T. à Air Canada.  

En décembre dernier, les actionnaires de Transat A.T. ont voté en faveur de la proposition révisée à 5 $ l’action d’Air Canada. La proposition précédente était de 18 $ par action dans le cadre d’une offre évaluée à 720 millions $, mais celle-ci avait été révisée à la baisse dans la foulée de la crise provoquée par la pandémie.   

L’approbation de la Commission européenne à cette transaction se fait toujours attendre. La Commission a déjà fait part de son inquiétude face aux effets du regroupement sur 33 liaisons entre le Canada et l’Europe.   

La date butoir entourant la vente de Transat A.T. à Air Canada a été fixée à lundi prochain, mais cet échéancier peut être repoussé si les deux entreprises s’entendent.   

Entreprises citées dans cette dépêche: Air Canada (TSX:AC), Transat A.T. (TSX:TRZ), WestJet (TSX:WJA)

Laisser un commentaire