Le bras environnemental de l’ALÉNA s’intéresse aux fuites des sables bitumineux

OTTAWA — Le bras environnemental de l’ALENA exige que le Canada explique ce qu’il fait pour empêcher que les bassins de décantation des sables bitumineux fuient dans les cours d’eau de l’Alberta.

La demande est inscrite dans une décision de la Commission de coopération environnementale, l’organisme qui supervise le pacte environnemental que le Canada, les États-Unis et le Mexique ont signé en en complément à l’ALENA.

Le Canada a jusqu’au 28 septembre pour répondre officiellement aux allégations à l’effet qu’il n’applique pas la Loi sur les pêches en laissant des contaminants des bassins de décantation fuir dans l’eau sans obliger les entreprises qui en sont responsables à résoudre le problème.

La plainte a été déposée en juin par l’organisme canadien Environmental Defence et le Natural Resources Defense Council basé aux États-Unis.

Le directeur d’Environmental Defence, Tim Gray, a affirmé que des études ont démontré que jusqu’à 11 millions de litres d’eau contaminée notamment par du benzène, de l’arsenic et du cyanure fuient dans la rivière Athabasca chaque jour.

La réponse du gouvernement sera étudiée par un comité de la commission dont les membres sont proviennent des trois pays.

M. Gray a indiqué que si le comité conclut que le Canada viole la loi, la prochaine étape serait de se rendre devant les tribunaux pour forcer le Canada à agir.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

2 commentaires
Les commentaires sont fermés.

J’ai hâte que l’Alena analyse cela. L’hiver 2008 le Dr David Schindler de l’Université de l’Alberta, avec ses étudiants ont pris des échantillons dans la neige dans un rayon de 50 Km. de Fort McMurray. Résultats 11500 tonnes métriques fortement contaminées aux HAP, hydrocarbure aromatique polycyclique, fortement cancérigènes, plus plusieurs métaux lourds.