Le Bureau de la concurrence ne bloquera pas la vente de St-Hubert à Cara

OTTAWA – Le Bureau de la concurrence ne s’opposera pas à la vente de la chaîne montréalaise de rôtisseries St-Hubert à l’ontarienne Cara Operations pour 537 millions $.

L’organisme fédéral a indiqué mercredi qu’il ne croyait pas que la transaction aurait pour effet d’empêcher ou de diminuer sensiblement la concurrence.

Selon le Bureau, le nombre de restaurants qui se disputent la même clientèle dans chaque marché local où sont situés les établissements de St-Hubert et de Cara font en sorte que la concurrence demeure efficace. Conséquemment, le groupe de réglementation a envoyé une lettre de non-intervention à Cara au sujet de la transaction proposée.

St-Hubert exploite 117 restaurants — pour la plupart des établissements franchisés —, essentiellement au Québec, en plus de deux usines de transformation des aliments et deux centres de distribution.

En plus de la chaîne de rôtisseries qui porte son nom, St-Hubert détient aussi des activités de mets préparés qui comptent parmi leurs clients les épiceries de Metro, Sobeys et Loblaw, ainsi que les magasins-entrepôts de Costco.

Cara (TSX:CAO) qui détient plusieurs bannières de restauration, notamment Swiss Chalet et Harvey’s et East Side Mario’s, a indiqué que l’équipe de St-Hubert déciderait si elle se joindrait avec Harvey’s, par exemple, dans des magasins conjoints.

Cara affirme être la troisième plus grande société de restauration au Canada, après Restaurant Brands International, qui exploite les bannières Tim Hortons et Burger King, et McDonald’s, qui compte 1010 franchisés et restaurants corporatifs, dont 37 à l’extérieur du Canada.