Le C.A. prévenait de problèmes structurels avant l’effondrement à Surfside

Plusieurs semaines avant l’effondrement d’un immeuble en copropriété en Floride, la présidente de son conseil d’administration avait écrit que les problèmes structurels identifiés lors d’une inspection de 2018 s’étaient «aggravés de manière significative» et que les propriétaires devaient débourser une forte somme pour les réparations.

La lettre «Chers voisins» du 9 avril de la présidente de «Champlain Towers South Condominium», Jean Wodnicki, faisait état d’un débat en cours sur les réparations et de la réticence de certains copropriétaires à payer pour des travaux majeurs qui auraient coûté au moins 15,5 millions $ US.

«Une grande partie de ce travail aurait pu être réalisé ou planifié dans les dernières années. Mais c’est là où nous en sommes maintenant», a-t-elle écrit dans la lettre, dont l’authenticité a été confirmée à l’Associated Press par un porte-parole du conseil d’administration de l’immeuble en copropriété.

Mme Wodnicki soulignait alors que les coûts avaient augmenté depuis qu’un rapport d’octobre 2018 de la société d’ingénierie Morabito Consultants avait identifié pour la première fois des problèmes clés liés à l’affaiblissement du béton, et elle prédisait qu’ils ne feraient que croître davantage si les travaux étaient reportés plus longtemps. 

«En effet, les dommages observables, comme dans le garage, se sont considérablement aggravés depuis l’inspection initiale, a écrit Mme Wodnicki. La détérioration du béton s’accélère.»

«Il est impossible de connaître l’étendue des dommages à la barre d’armature sous-jacente tant que le béton n’est pas ouvert. Souvent, les dommages sont plus étendus que ce qui peut être déterminé par l’inspection de surface», a-t-elle écrit.

Elle ajoutait: «Je reconnais que nous parlons d’un projet énorme et d’une évaluation très importante. Plus nous attendrons, plus les soumissions seront élevées.»

Mme Wodnicki n’a pas immédiatement répondu aux appels, courriels et messages textes pour commenter la situation.

Un peu plus de deux mois plus tard, et avec des offres pour les travaux toujours en attente, la tour Sud du complexe Champlain de 12 étages à Surfside s’est effondrée tôt jeudi dernier. Alors que les problèmes structurels de l’inspection de 2018 ont fait l’objet d’un examen minutieux, aucune cause définitive n’a été identifiée pour l’effondrement qui a fait au moins 11 personnes confirmées mortes et plus de 150 disparus.

Le rapport Morabito a attiré l’attention sur la terrasse de la piscine, dont l’imperméabilisation a été jugée défaillante — elle avait été posée à plat au lieu d’être en pente pour évacuer l’eau. Cela menaçait non seulement la dalle de béton sous la piscine, mais également d’autres parties de la structure en béton.

Cette inspection était la première phase d’un processus mandaté par le comté de Miami-Dade selon lequel tous les bâtiments doivent subir une nouvelle certification après 40 ans. Les tours Champlain Sud avaient été achevées en 1981.

Un mois seulement après que la firme de consultants Morabito a présenté ses conclusions en 2018, un responsable du bâtiment de la Ville de Surfside a assuré aux membres du conseil d’administration que l’immeuble était «en très bon état», selon le procès-verbal de cette réunion.

L’association de copropriétaires a établi le coût total de réparation et de restauration à 16,2 millions $ – en comptant les éléments ajoutés depuis l’inspection de Morabito de 2018. L’association disposant d’environ 707 000 $ en espèces, cela laissait aux propriétaires une facture de 15,5 millions $, avec des évaluations individuelles allant de 80 000 $ pour un appartement d’une chambre à coucher à plus de 300 000 $ pour un appartement-terrasse.

La lettre du c.a. montre qu’en avril, un dossier d’appel d’offres pour les principaux travaux de bétonnage et d’étanchéité était encore en discussion. Le plan était d’ouvrir ces offres le 8 juin, mais les documents publiés à ce jour ne permettent pas de savoir si cela s’est produit.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.