Mort près du chemin Roxham: un homme qui habitait à Montréal, au statut inconnu

MONTRÉAL — On connaît maintenant l’identité de l’homme qui a été retrouvé mort mercredi après-midi lors d’une patrouille en hélicoptère de routine des services frontaliers américains à proximité du chemin Roxham, en Montérégie, près de la frontière canado-américaine. 

La victime est Fritznel Richard, un homme de 44 ans qui habitait à Montréal, mais dont le statut officiel n’a pas été précisé. Son corps avait été aperçu vers 14 h 45 mercredi dans ce secteur de Saint-Bernard-de-Lacolle, a confirmé la Sûreté du Québec (SQ). 

L’enquête de la SQ a déterminé que M. Richard tentait «de rejoindre un membre de sa famille vivant aux États-Unis».  

«Sur le plan de l’enquête, le tout semble démontrer que monsieur (Richard) avait emprunté un chemin boisé et non pas un chemin usuel»,a précisé le sergent Louis-Philippe Ruel, porte-parole de la Sûreté du Québec (SQ), en entrevue vendredi.

Son corps «ne portait aucune trace de violence et l’hypothermie semble la cause la plus probable du décès»,a-t-il précisé. 

Une enquête du coroner sera aussi effectuée afin de confirmer la cause et les circonstances du décès. L’enquête du coroner pourrait aussi préciser si la victime, Fritznel Richard, habitait légalement au Québec ou non.

La découverte du corps inerte de Fritznel Richard est survenue une semaine après que des proches de la victime eurent signalé sa disparition aux policiers.   

Le sergent Ruel a confirmé que M. Richard faisait l’objet de recherchesdurant le temps des Fêtes, plus précisément entre les 27 et 29 décembre, après avoir été porté disparu.

«L’homme a été porté disparu par la famille le 26 décembre. Il y a eu alors un volet d’enquête menée par le Service de police de la Ville de Montréal. Cette enquête les a menés dans la journée du 27 décembre à croire que l’homme tentait de traverser les douanes via le secteur de Saint-Bernard-de-Lacolle et donc c’est la raison pour laquelle un poste de commandement de la Sûreté du Québec a été déployé à partir du 27 décembre», a expliqué le porte-parole de la SQ. 

«Les recherches se sont terminées le 29 décembre alors que des informations laissaient croire que monsieur (Richard) était rendu du côté des États-Unis», a précisé le sergent Ruel.

Un grand nombre de migrants utilisent le chemin Roxham pour entrer illégalement au Canada en provenance des États-Unis. Dans ce cas-ci, l’enquête semble plutôt indiquer que M. Richard utilisait ce point de passage pour entrer illégalement aux États-Unis.

Le premier ministre du Québec, François Legault, a souvent pressé Ottawa de fermer le chemin Roxham, qui n’est pas un passage officiel.

Quelques jours avant de quitter le Parlement canadien pour la pause des Fêtes, Marie-France Lalonde, secrétaire parlementaire du ministre de l’Immigration Sean Fraser, avait rappelé que le gouvernement de Justin Trudeau était en pourparlers avec les États-Unis au sujet d’une éventuelle modernisation de l’Entente sur les tiers pays sûrs.

Cet accord fait en sorte qu’un réfugié potentiel se présentant à un poste frontalier officiel canadien et ayant d’abord foulé le sol américain est refoulé puisqu’il doit poursuivre sa demande d’asile dans le premier «lieu sûr» où il est arrivé.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.