Le café n’est pas cancérogène, annonce l’Organisation mondiale de la Santé

LONDRES – Les preuves sont insuffisantes pour conclure que le café rehausse le risque de souffrir de certains cancers, a annoncé mercredi l’Organisation mondiale de la Santé.

L’agence onusienne estimait précédemment que le café était «peut-être cancérogène». La réévaluation découle de l’analyse plus d’un millier d’études chez l’homme et chez les animaux.

Des études épidémiologiques n’ont détecté aucun lien entre la consommation de café et des cancers comme ceux du pancréas, du sein et de la prostate. Le café réduirait même le risque de souffrir des cancers du foie et de l’endomètre. Les données concernant 20 autres cancers ne sont pas concluantes.

Le Centre international de la recherche sur le cancer, une branche de l’OMS, a toutefois prévenu mercredi que la consommation de boissons très chaudes (dont la température est supérieure à 65 ou 70 degrés Celsius) semble gonfler le risque de souffrir d’un cancer de l’oesophage, ce qui en fait une habitude «probablement cancérogène» puisque les lésions causées dans la gorge peuvent ensuite favoriser le développement de tumeurs.

Les boissons sont rarement servies aussi chaudes en Amérique du Nord et en Europe, mais cela est plus fréquent en Chine, en Iran et en Amérique du Sud. On ne sait pas si la consommation d’aliments très chauds s’accompagne du même risque.

Ces conclusions sont publiées dans le journal médical Lancet Oncology.