Le Canada a agi de façon honteuse dans le dossier de Meng Wanzhou, dit Pékin

OTTAWA — L’ambassadeur de Chine au Canada a déclaré que le Canada avait agi de façon «honteuse» comme un complice des États-Unis en arrêtant Meng Wanzhou sur la base d’un mandat d’extradition américain.

L’ambassadeur Cong Peiwu a affirmé à La Presse Canadienne que le Canada devait libérer la directrice financière de l’entreprise Huawei, qui, selon lui, est détenue arbitrairement et injustement par le Canada. Si cela n’est pas fait, les relations entre le Canada et la Chine ne pourront pas revenir à la normale, a-t-il soutenu.

M. Cong a également laissé entendre que même si Mme Meng était libérée, rien ne garantissait qu’il en soit de même pour Michael Korvig et Michael Spavor, les deux Canadiens emprisonnés en Chine depuis deux ans.

Le premier ministre Justin Trudeau a riposté à Pékin vendredi, appelant une fois de plus la Chine à libérer les deux Canadiens, affirmant qu’ils étaient arbitrairement détenus dans un acte de «diplomatie des otages».

M. Trudeau affirme que le Canada a arrêté Mme Meng pour se conformer légalement à un traité d’extradition avec son plus proche allié, les États-Unis.

La Chine a affirmé jeudi que MM. Kovrig et Spavor feraient face à un procès pour menace à la sécurité nationale, mais M. Cong n’a pas pu fournir plus de détails sur le moment et la manière dont cette procédure judiciaire se déroulerait.

Laisser un commentaire