Le Canada annonce une contribution humanitaire de 331,5 millions $

OTTAWA – La ministre du Développement international Marie-Claude Bibeau a annoncé une contribution humanitaire supplémentaire de 331,5 millions $ au Sommet humanitaire mondial à Istanbul, en Turquie.

Mme Bibeau a déclaré par voie de communiqué, mardi, que la nouvelle contribution aiderait les plus vulnérables dans plus de 32 pays.

Les agences humanitaires des Nations Unies, la Croix-Rouge et les organisations non-gouvernementales, ainsi que les organisations canadiennes, font partie de ceux qui recevront une partie du montant.

L’annonce de mardi a été effectuée au dernier jour du sommet.

Lundi, Mme Bibeau avait annoncé une contribution de 274 millions $ pour les situations d’urgence, la protection des enfants et la sécurité alimentaire.

Pendant le sommet, la ministre avait mis l’accent sur le besoin de se concentrer sur les femmes et les filles dans chaque intervention humanitaire. Elle a réitéré l’engagement du Canada en matière d’innovation et à faire en sorte que chaque dollar investi compte.

Elle a aussi assuré que le Canada continuerait de défendre les principes humanitaires.

«Le Canada est résolu à travailler de concert avec tous ses partenaires, y compris à l’échelle locale, de manière à unir toutes les forces et à maximiser l’incidence des efforts déployés auprès des victimes de crises humanitaires», a indiqué Mme Bibeau.

«Nous nous soucions tout particulièrement des femmes et des filles, qui sont souvent les personnes les plus vulnérables en temps de crise. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle elles sont au cœur des interventions humanitaires du Canada», a-t-elle ajouté.

Les commentaires sont fermés.

Bonjour,

Bravo pour la contribution humanitaire du Canada.

Par contre, je croyais que l’aide humanitaire se faisais en fonction des besoins, et non du sexe des personnes en détresse. Je trouve bizarre qu’un pays prônant l’égalité entre les sexes se servent de ce critère pour déterminer qui bénéficiera de l’aide humanitaire.

Est-ce-que cela signifie qu’un garçon de 5 ans pourrait être laisser sans aide parce que le Canada concentre son aide humaintaire sur les femmes et les filles ? Pourtant un garçcon de 5 ans ne grimpe probablement pas mieux aux arbres, ni ne sait nager, ni prendre une décision sans l’assistance d’un adulte qu’une petite fille du même âge.