Le Canada conteste les tarifs américains sur les panneaux solaires

OTTAWA — Le gouvernement Trudeau demande un examen des tarifs imposés par l’administration Trump sur les panneaux solaires en vertu de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA), soutenant que les droits de 30 pour cent sont illégaux et injustes.

Affaires mondiales Canada affirme que les tarifs ont nui aux travailleurs du secteur de l’énergie propre des deux côtés de la frontière.

La demande de révision en vertu du chapitre 20 de l’ALÉNA a été faite lundi, au lendemain du dévoilement par le président élu du Mexique d’une lettre au président américain Donald Trump appelant à une reprise des discussions en vue de la conclusion d’un nouveau pacte commercial continental tripartite.

La renégociation de l’ALÉNA est sur la glace depuis le printemps, en raison de l’élection présidentielle mexicaine du 1er juillet qui verra Andres Manuel Lopez Obrador être assermenté en décembre prochain.

La ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, le ministre des Finances, Bill Morneau et le ministre du Commerce international, Jim Carr, se rendront à Mexico cette semaine pour s’entretenir avec le futur président, une visite qui survient une semaine après que M. Trump eut évoqué la possibilité de conclure des ententes distinctes avec le Canada et le Mexique.

Mme Freeland a affirmé que les tarifs sur les panneaux solaires — également imposés à d’autres acteurs comme l’Union européenne et la Chine — enfreignent les règles de l’ALÉNA et qu’ils ont été imposés malgré la position de la Commission sur le commerce international aux États-Unis, qui a déterminé que les importations du Canada ne portent pas préjudice à l’économie américaine.

«Le Canada est un ardent défenseur du commerce international fondé sur des règles et s’attend à ce que ses partenaires commerciaux respectent également leurs obligations internationales», a déclaré lundi Affaires mondiales Canada.

En février, trois fabricants canadiens de panneaux solaires ont déposé une poursuite contre le gouvernement des États-Unis.

Les tarifs sur les panneaux solaires ont aussi été contestés devant l’Organisation mondiale du commerce (OMC) par l’UE, la Chine, la Corée du Sud et Taïwan.