Le Canada doit réviser ses politiques fiscales, prévient l’OCDE

CALGARY — Le Canada doit revoir ses politiques fiscales s’il veut rester concurrentiel avec les États-Unis, a averti lundi l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Dans un rapport, le groupe établi à Paris indique que la réforme fiscale américaine a renforcé l’attrait des investissements au sud de la frontière, au détriment du Canada.

Les réductions d’impôts aux États-Unis ont également renforcé les «effets négatifs» de l’incertitude entourant la compétitivité du Canada alors qu’il tente de renégocier l’Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA) avec le Mexique et les États-Unis.

Ottawa est soumis à une certaine pression de la part des entreprises canadiennes pour répondre à la décision prise par le président américain Donald Trump, à la fin de l’année dernière, de réduire radicalement le taux d’imposition des sociétés aux États-Unis.

En avril, le président et chef de la direction de la Banque Royale, Dave McKay, a affirmé qu’un important exode des investissements vers les États-Unis était en cours, surtout dans les secteurs de l’énergie et des technologies propres, ce qui pourrait entraîner une perte de main-d’oeuvre qualifiée.

Selon l’OCDE, la croissance économique annuelle au Canada devrait passer de 3,0 pour cent en 2017 à environ 2,0 pour cent en 2018-2019, en raison d’un ralentissement de la consommation privée et des dépenses gouvernementales.

«Le gouvernement devrait réexaminer le système fiscal pour veiller à ce qu’il demeure efficient — qu’il permette de lever suffisamment de recettes pour financer les dépenses publiques sans faire peser de coûts excessifs sur l’économie — et équitable, et qu’il soutienne la compétitivité de l’économie canadienne», affirme l’OCDE dans son rapport.

L’investissement des entreprises connaît une reprise, poursuit l’organisme, mais il reste plus faible qu’avant la chute des prix des produits de base en 2014, «en partie parce que les investissements en amont dans les secteurs du pétrole et du gaz sont entravés par des contraintes de capacités de transport par conduites ainsi que par des obstacles réglementaires à leur expansion, ce qui a également freiné les exportations».

Les plus populaires