Le Canada et d’autres pays imposent de nouvelles sanctions contre le Bélarus

OTTAWA — Le Canada a annoncé lundi de nouvelles sanctions contre des responsables et des entités du Bélarus, en réponse à l’arrestation du journaliste Raman Protasevich et de sa compagne, Sofia Sapega, pour des motifs politiques.

Dans une déclaration commune avec l’Union européenne (UE), le Royaume-Uni et les États-Unis, Ottawa affirme que ces sanctions constituent une réponse à l’atterrissage forcé au Bélarus d’un vol commercial de Ryannair qui assurait une liaison entre deux pays de l’UE, le 23 mai, puis à l’arrestation du couple par la suite.

La déclaration commune appelle le régime bélarusse à mettre fin à ses «attaques répétées» contre les droits de la personne et la dignité de son propre peuple. Les pays signataires de la déclaration se disent déçus que le régime ait choisi de se retirer de ses obligations en matière de droits de la personne, de son adhésion aux principes démocratiques et de son engagement avec la communauté internationale.

Ils appellent également le régime du président Alexandre Loukachenko à coopérer pleinement aux enquêtes internationales sur l’atterrissage forcé du vol commercial et à libérer immédiatement tous les prisonniers politiques.

Affaires mondiales Canada affirme que 17 personnes et cinq entités ont été ajoutées à la liste des sanctions, en vertu de la Loi sur les mesures économiques spéciales. Il est maintenant interdit à quiconque au Canada, ainsi qu’aux Canadiens à l’extérieur du pays, de faire des affaires avec ces personnes ou ces entités.

On a notamment ajouté à la liste une entreprise de services de navigation aérienne, une compagnie pétrolière et deux usines automobiles bélarusses.

«La détention de M. Protasevich et de Mme Sapega est une attaque contre tous ceux qui croient à la liberté d’expression, a indiqué lundi le ministre canadien des Affaires étrangères, Marc Garneau. Le Canada et ses partenaires continueront à maintenir la pression sur le régime bélarusse en raison de ses violations des droits de la personne, et le Canada continue à exiger une enquête impartiale sur toutes les allégations de torture et autres traitements cruels et inhumains au Bélarus.»

Cette dépêche a été produite avec l’aide financière des Bourses de Facebook et de La Presse Canadienne pour les nouvelles.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.