Le Canada et le Royaume-Uni imposent des sanctions à des responsables au Myanmar

OTTAWA — Le Canada et la Grande-Bretagne unissent encore leur voix, cette fois pour imposer de nouvelles sanctions à des responsables au Myanmar, après le coup d’État militaire du 1er février dans ce pays. 

Ottawa impose des sanctions contre neuf responsables militaires myanmarais, en vertu du Règlement sur les mesures économiques spéciales visant la Birmanie, adopté en décembre 2007, qui permet essentiellement à Ottawa de geler leurs avoirs. 

L’annonce de jeudi porte à 54 le nombre de personnes sanctionnées par le Canada. L’embargo commercial sur les armes et le matériel connexe, ainsi que sur l’assistance technique et financière qui y est associée, demeure également en vigueur.

Ces nouvelles sanctions s’ajoutent à l’effort que le Canada a entrepris en décembre 2007, lorsqu’il a imposé des sanctions contre des individus et des entités «afin de répondre à la gravité de la situation des droits de la personne et de la situation humanitaire au Myanmar, qui continue de menacer la paix et la sécurité dans toute la région», selon Affaires mondiales Canada.

Le Royaume-Uni a également annoncé jeudi des sanctions contre trois responsables gouvernementaux myanmarais pour des violations des droits de la personne pendant la répression qui a suivi le coup d’État militaire.

L’armée a pris le pouvoir au Myanmar le 1er février et arrêté la dirigeante politique Aung San Suu Kyi et d’autres personnalités politiques. Depuis lors, les militaires ont réprimé les manifestants et bloqué l’accès à Internet. 

«Nous travaillons aux côtés de nos partenaires internationaux qui demandent la restauration du gouvernement démocratiquement élu, et nous souscrivons à leur appel pour que les militaires du Myanmar libèrent les personnes injustement détenues depuis la prise du pouvoir par l’armée», a indiqué le ministre des Affaires étrangères, Marc Garneau, dans un communiqué.

Le ministre britannique des Affaires étrangères, Dominic Raab, a également condamné le coup d’État. «Aux côtés de nos alliés internationaux, nous tiendrons l’armée birmane responsable de ses violations des droits de la personne et poursuivrons la justice pour le peuple birman», a-t-il indiqué.

Ces sanctions sont les plus récentes d’une série d’actions entreprises conjointement par le Canada et le Royaume-Uni sur des questions de sécurité internationale. Les deux pays ont également imposé des sanctions contre les dirigeants autocratiques du Bélarus et appelé à un cessez-le-feu dans les combats entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie.

«Le Royaume-Uni est fier de se tenir aux côtés de nos partenaires canadiens pour défendre les droits de la personne et la justice tout en rappelant que ces violations auront des conséquences», a déclaré un porte-parole du haut-commissariat britannique au Canada.

Laisser un commentaire