Le Canada impose de nouvelles sanctions à des responsables iraniens et à des entités

OTTAWA — Le Canada impose de nouvelles sanctions à des responsables iraniens, en mettant l’accent sur les entités qu’Ottawa associe à la propagande et à la torture.

Les nouvelles sanctions visent six personnes et quatre entités, dont l’agence de presse Fars, qui serait affiliée au Corps des gardiens de la révolution islamique.

Ottawa sanctionne aussi le Conseil des gardiens de la Constitution, qui bloque les candidats aux élections qui ne s’alignent pas sur l’idéologie du régime des mollahs.

Parmi les entités interdites de faire des affaires avec le Canada figurent aussi l’Assemblée des experts, «une entité impliquée dans des violations flagrantes et systématiques des droits de la personne», et le Conseil de discernement de l’intérêt supérieur du régime, qui conseille le guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei.

Le Canada inscrit également sur la liste un sous-ministre de l’Intérieur et un commandant du corps des Gardiens de la révolution islamique, en réaction aux violentes répressions contre les manifestants.

À ce jour, le Canada a imposé des sanctions à 89 Iraniens et à 177 entités iraniennes.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.